France

Le drôle de cadeau de Nouvel an d'Olivier Falorni, le tombeur de Ségolène Royal aux législatives

Temps de lecture : 2 min

Olivier Falorni, le 17 juin 2012. REUTERS/Gonzalo Fuentes.
Olivier Falorni, le 17 juin 2012. REUTERS/Gonzalo Fuentes.

Sept mois après les élections législatives, Olivier Falorni est toujours anti-royaliste. Selon Sud-Ouest, le député de Charente-Maritime a en effet choisi d'offrir aux vingt maires de sa circonscription, en guise d'étrennes, une affiche «reproduisant le fac-similé du premier décret adopté par la Convention nationale, le 21 septembre 1792, qui abolit la royauté en France et proclame la République».

Le quotidien régional rappelle que, lors de sa campagne victorieuse contre Ségolène Royal, Falorni avait dénoncé la transmission d'une circonscription «comme un fief féodal de vassal à suzeraine». Le député, qui affirme avoir acheté ce cadeau à la boutique de l'Assemblée, se défend aujourd'hui de toute intention malicieuse, tandis que certains maires glissent en off que «ce n'est pas de très bon goût» ou pourrait être «mal interprété».

Candidat dissident exclu du PS, Olivier Falorni l'avait largement emporté en juin face à Ségolène Royal avec près de 63% des voix grâce à la neutralité d'une bonne partie de la droite, éliminée au premier tour.

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

Newsletters