Pourquoi les femmes gagnent moins que leurs maris?

Women working in the kitchen / Victor1558 via Flickr CC License by

Est-ce la faute des hommes si les femmes gagnent moins que leurs maris? Une étude réalisée par des chercheurs de l’université de Chicago et de Singapour, et reprise notamment par The Economist, prouve que la norme sociale selon laquelle «les hommes doivent gagner plus que leurs épouses» est toujours dominante.

Une tribune parue sur le site Acculturated tente d'en comprendre les raisons. Megan Basham, éditorialiste conservatrice auteure de la tribune, récapitule d'abord les conclusions de cette étude. D'après les chercheurs:

   «Les mariages où la femme gagne plus que l’homme sont globalement moins heureux et ont 50% plus de chances de se terminer par un divorce.»

Ou encore:

«Dans un nombre important de mariages où c'est le mari qui fait office de pilier financier, la femme pourrait être celle qui gagne le plus si elle utilisait ses capacités à fond, définies par son niveau d’étude, son domaine de compétence et ses antécédents professionnels.»

Ces femmes auraient plutôt tendance à être sous-employées, ou alors elles auraient quitté le marché du travail. 

Autre résultat de cette étude:

«Les épouses dont le revenu est supérieur à celui de leur mari passent plus de temps à faire le ménage que leurs homologues dont les gains sont moins élevés.»

Pourquoi? Est-ce la faute des hommes? Les femmes sont-elles victimes du machisme de leur mari? Tous les médias qui ont repris cette étude auraient tendance à penser que oui. Megan Basham cite par exemple The Economist, qui dit que «le salaire du mari» est une barrière qui «entrave la carrière des femmes.» Megan Basham, elle, se fonde sur son expérience personnelle. D’après elle, les hommes ne sont pas les seuls responsables, les femmes aussi, par exemple, préfèrent se marier avec des hommes plus riches:

«La plupart des femmes que je connais pourraient choisir de retarder leur mariage dans l'espoir de décrocher l'illusoire Mr. Big plutôt que de se contenter du mignon (et incroyablement commun) branleur de la porte d'à côté.»

La plupart des hommes, quant à eux, se fichent selon elle de savoir combien gagne une femme:

«Inversement, la plupart des hommes célibataires que je connais se moquent totalement de combien gagne une femme tant qu'elle est belle et amusante à côtoyer.»

Enfin, selon Megan Basham, un élément n’a pas du tout été pris en compte dans cette étude: les bébés.

«Quelles que soient les ambitions de carrière que j'avais, quand ma fille est née, elles se sont considérablement effacées à la vue de son petit visage qui bave et qui fait des bulles.»