Gene Rosen, héros de Newtown, est harcelé par des théoriciens du complot

Gene Rosen, l'homme qui a sauvé six enfants lors du massacre de Newtown, est harcelé par des théoriciens du complot, révèle le site internet Salon.

Le 14 décembre 2012, Gene Rosen, un psychologue à la retraite âgé de 69 ans, met à l'abri chez lui six enfants qui s'étaient enfuis de l'école primaire de Sandy Hook, alors qu'Adam Lanza, 20 ans, abat vingt de leurs camarades et six de leurs professeurs, rappelle le New York Daily News.

Depuis, l'homme reçoit des coup de fils anonymes et des e-mails l'accusant de mentir et de jouer un rôle. Des dizaines de blogs et de forums suprématistes blancs postent des messages antisémites et prétendent que Gene Rosen a inventé cette histoire.

Comme le 11-Septembre et beaucoup d'autres avant elle, la tragédie de Newtown est la cible de théoriciens du complot. Ils assurent que les assassinats perpétrés ne l'ont jamais été et qu'il s'agit en fait d'une mise en scène orchestrée par l’Etat. Le site conspirationniste Sandyhookhoax, qui recense ces théories, pointe les prétendues incohérences du massacre. La personne qui le met à jour se décrit comme «le Messie du Nouvel Âge» et affirme être «la seule personne au monde qui a résolu (l'énigme de la série) Lost».

Les arguments apportés par les complotistes sont nombreux mais peu plausibles. L'un d'eux par exemple, soutient que la petite Emilie Parker, 6 ans, qui est morte le 14 décembre, est bien vivante. Comme preuve, la photo prise lors de la rencontre entre les familles des victimes et Barack Obama. Une petite fille ressemblant à Emilie et qui porte une de ses robes est assise sur les genoux du président américain. S'il s'agit en fait de la sœur de la victime, les complotistes affirment que c'est Emilie.

Pour l'instant, Gene Rosen ne peut rien faire, rapporte Salon. Il enregistre chaque appel et chaque e-mail reçu afin de rassembler des preuves.

«Je ne sais pas quoi faire. Il doit y avoir un moyen de faire moralement honte à ces gens, parce qu'il y avait vingt enfants morts étendus à deux cents mètres de ma fenêtre toute la nuit. […] Ils ne pouvaient pas enlever les corps cette nuit-là tant que le légiste n'était pas venu. J'ai pensé à une expression, "ajouter l'insulte à la blessure" mais c'est une expression stupide parce que ce n'est pas une blessure, c'est une abomination.»

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
LU SUR...
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
À la une de Slate »
LU,VU&ENTENDU
Publié le 16/01/2013
Mis à jour le 16/01/2013 à 18h02