Graph Search: Facebook lance un moteur de recherche personnalisé plus fort que Google

Capture d'écran du Graph Search via Facebook

Mark Zuckerberg a dévoilé la dernière innovation de Facebook ce mardi 15 janvier, le «Graph Search», un moteur de recherche qui extrait des informations de vos connexions Facebook pour vous donner des réponses personnalisées à des questions sur des gens, des photos, des endroits ou des centres d'intérêt.

Contrairement à Google, le moteur ne recherche pas sur le Web, il cherche sur Facebook. Voilà quelques questions qu'a posées Zuckerberg et auxquelles son moteur de recherche a répondu:

  • Mes amis qui vivent à Palo Alto et aiment Game of Thrones (centre d'intérêts)
  • Des photos de moi et Priscilla (relations)
  • Des amis d'amis qui sont des hommes célibataires d'origine indienne vivant à San Francisco (drague)
  • Des employés de la Nasa qui sont amis avec des employés de Facebook (emplois)
  • Des photos de Berlin en 1989 (histoire)
  • Des films qu'aiment les gens qui aiment Mitt Romney (recherche)
  • Des bars à Dublin qu'aiment les gens qui vivent à Dublin (voyages)

Autrement dit, la recherche Facebook va tenter de reproduire en ligne la possibilité de poser une question à tous vos amis en même temps, comme s'ils étaient réunis dans une même pièce. Ça va même plus loin que ça, puisque le moteur inclut des informations de personnes que vous n'avez jamais rencontrées, à conditions qu'elles les aient rendues publiques (ou lisibles par des amis d'amis, des gens qui vivent dans votre ville, etc).

Réponse à la requête «Photos de mes amis avant 1999», via Facebook

Et, bien sûr, Facebook peut se rappeler et organiser toutes ces informations de façon automatique et instantanée, ce que vos amis ne parviendraient pas à faire. Zuckerberg a affirmé que Graph Search respectera les réglages de vie privée, donc le moteur n'accèdera qu'aux informations déjà accessibles sur le site.

Zuckerberg l'a qualifié de «troisième pilier» de l'expérience Facebook, les deux premiers étant le fil d'actualité et les journaux (anciennement appelés les profils). Le moteur correspond parfaitement à la mission que Zuckerberg s'est donné de «rendre le monde plus ouvert et plus connecté», et il promet de livrer des informations que l'on ne pourrait pas obtenir autrement, et certainement pas via Google.

Reste à savoir s'il va bien fonctionner, ce qui dépend à la fois de Facebook et de la quantité d'information que les gens rendent disponible sur le site. Il est donc encore plus crucial pour Facebook de réussir à regagner la confiance du public. Plus les gens mettent leurs informations en «privé», moins les résultats de recherche vaudront la peine. 

Le Graph Search est lancé en version bêta, pour un nombre limité d'utilisateurs. Zuckerberg dit qu'au début, il n'y aura pas de publicités sur le moteur. Mais s'il fonctionne, ce projet pourrait être celui qui consolide la position de Facebook parmi les quatre «grands» de l'Internet, aux côtés de Google, d'Apple et d'Amazon. Plus important encore, ça pourrait être la première fonctionnalité de Facebook depuis un moment que les gens apprécient vraiment.

Au fait, vous savez ce qui se passe quand vous cherchez quelque chose que le moteur ne peut pas trouver dans votre «social graph»? Il vous donne des résultats sur le Web via Bing, le concurrent microsoftien de Google.

Will Oremus

Traduit par C.D.