Monde

Somalie: les shebaabs publient des photos d'un cadavre présenté comme un commandant français

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la page Twitter du compte HSM Press
Capture d'écran de la page Twitter du compte HSM Press

Les insurgés islamistes somaliens shebaabs ont publié lundi 14 janvier sur leur compte Twitter HSM Press trois photos d’un homme de type occidental, présenté comme l’un des membres du commando qui a échoué à libérer l’agent de la DGSE, Denis Allex, retenu depuis 2009 en Somalie.

«Le commandant français tué durant l'opération de secours bâclée à Bulomarer», indique la légende de l'image, sur laquelle apparaît un homme blanc aux cheveux courts, du sang séché sur le visage, vêtu d'un pantalon clair et d'une chemise sombre, dont dépasse une chaîne et une croix chrétienne en argent.

S’adressant directement au chef de l’Etat français, «François Hollande, est-ce que cela valait la peine?», les shebaabs ont ensuite posté une seconde photo sur laquelle le défunt apparaît en plan plus large, à côté de matériel militaire, dont des armes, des chargeurs, un gilet pare-balles et un casque. Une quatrième photo montre le matériel en détails.

Des images que redoutaient Jean-Yves Le Drian dans une allocution prononcée lundi 14 janvier, le ministre de la Défense estimant que les shebaabs étaient tout à fait capable de préparer «une mise en scène macabre» avec le corps du soldat tué et de l’otage français, rapporte l'AFP.

Les islamistes somaliens avaient annoncé lundi qu'un soldat français, présenté comme le «commandant dirigeant l'opération» avait été fait prisonnier après avoir été «abandonné par ses camarades».

Alexandre Blot Luca

Newsletters

Poumons en feu

Poumons en feu

Aux États-Unis, «il y a des gens qui font du profit avec la détention des enfants»

Aux États-Unis, «il y a des gens qui font du profit avec la détention des enfants»

L'administration Trump veut construire de nouvelles installations pour détenir les enfants migrants isolés, qui se retrouvent enfermés dans des conditions lamentables.

Blonde on Blonde

Blonde on Blonde

Newsletters