Monde

Jésus serait-il mort et enterré au Japon?

Alexandre Blot Luca, mis à jour le 14.01.2013 à 14 h 02

Des femmes japonaises effectuent une danse traditionnelle devant le supposé tombeau de Jésus Christ. Crédit : Stringer/ Reuters

Des femmes japonaises effectuent une danse traditionnelle devant le supposé tombeau de Jésus Christ. Crédit : Stringer/ Reuters

Et si Jésus n’était pas mort crucifié à Jérusalem? Une légende venue d’Asie prétend que le Christ se serait réfugié dans le nord du Japon au moment de sa condamnation par Ponce Pilate, rapporte le magazine culturel Smithsonian.

Devenu cultivateur d’ail dans le petit village de Shingo à l'extrême nord de l'île de Honshū, il aurait eu une vie paisible avec femme et enfants avant de mourir vénérablement à l’âge de 106 ans.

Si de nombreux chrétiens considèrent cette histoire comme absurde, des milliers de pèlerins défilent chaque année au cimetière où, paraît-il, gît Jésus-Christ. Un musée, contenant de supposées reliques du Christ et de nombreux produits dérivés, a même été érigé en son honneur. Pour un montant de 100 yens (0,80 cts d'euro), il vous est donc possible de découvrir la «véritable histoire» de celui que l’on appelle là-bas Daitenku Taro Jurai.

La légende locale raconte en effet que Jésus de Nazareth se serait rendu une première fois au Japon à l’âge de 21 ans pour y étudier la théologie. Une période qui coïncide avec les douze ans durant lesquels le Christ aurait disparu, et dont le Nouveau Testament ne porte aucune trace.

Débarqué au port de la côte ouest d'Amanohashidate, une langue de terre qui s'avance dans la baie Miyazu, explique Smithsonian, il devint le disciple d’un grand maître du Mont Fuji, apprenant du même coup le japonais et la culture orientale. A l'âge de 33 ans, il se décida à rentrer en Judée. Persécuté par les Romains, il est  alors condamné à la crucifixion pour hérésie. Mais selon le folklore local, ce serait son frère Isukiri qui, de fait, aurait pris sa place sur la croix, Jésus retournant sur sa «terre promise» avec l’oreille de son cadet et une mèche de la Vierge Marie.

Un manuscrit hébraïque relatant les dernières volontés du Christ, curieusement détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, aurait même été retrouvé dans le village en 1936 par une équipe de chercheurs spécialisés. Mais le plus étonnant reste bien l’existence supposée d’une descendance du Christ dans un pays qui ne compte que 1% de chrétiens.  

Junichiro Sawaguchi en ferait partie. Pourtant, il n’a jamais mis les pieds dans une église ni même lu la Bible, note Smithsonian. Interrogé par la  BBC News, celui qui se définit avant tout comme bouddhiste n’assume pas vraiment la divine ascendance qu’on lui prête:

«Je ne prétends pas être l’un des descendants du Christ même si je sais que certaines personnes pensent que mon grand-père est relié à la légende. Cependant, quand j’étais petit, ma mère m’a dessiné une croix sur le front en guise de bonne fortune.»

Une croix porte-bonheur qui permet surtout, souligne la BBC, d’ameuter de nombreux touristes généralement équipés d’un portefeuille  bien garni.

Alexandre Blot Luca
Alexandre Blot Luca (27 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte