De 340.000 à 800.000 manifestants anti-mariage gay, nouvelle bataille des chiffres

La manifestation contre le mariage homosexuel à Paris le 13 janvier 2013, REUTERS/Philippe Wojazer

Les opposants au mariage homosexuel défilaient dans quatre cortèges qui ont convergé vers le Champs de Mars à Paris ce dimanche 13 janvier. Les organisateurs ont été les premiers à sortir leur estimation du nombre de manifestants, 800.000, tandis que la police a répliqué peu après en estimant la mobilisation à 340.000 personnes.

Il s'agit d'une forte mobilisation puisque la police tablait selon Le Parisien sur une foule d'entre 150.000 et 300.000 personnes. La mobilisation est également bien plus importante que lors des dernières manifestations organisées contre le mariage homosexuel, le 17 novembre 2012, qui avaient rassemblé 100.000 personnes dans tout le pays dont seulement 70.000 à Paris.

La manifestation d'aujourd'hui est en revanche plus petite que celle de 1984 contre le projet de rapprochement des établissements publics et privés, qui avait fini par faire plier le gouvernement socialiste avec 850.000 personnes selon la police et 1,5 million selon les organisateurs. Cette mobilisation est utilisée comme référence car elle était majoritairement de droite, comme celle d'aujourd'hui.

Autre calcul intéressant, celui du ration entre le chiffre des organisateurs de la manifestation et celui de la police, qui est de 2,35 (800.000/340.000). Ce ratio représente, en comparaison des grandes mobilisations de ces dix dernières années, un écart assez classique.

Le ratio des chiffres syndicat/police des manifestations contre la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy en 2010 tournait ainsi autour de 3,5, avec un pic à 3,63 pour celle du 16 octobre 2010 (3 million pour les syndicats contre 825.000 pour la police), comme le soulignait alors Vincent Glad ici-même.

A la suite de la bataille des chiffres sur la mobilisation du CPE en 2006, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, avait monté un groupe de travail pour «sortir des confrontations ridicules qui accompagnent le comptage des manifestants». Sept ans plus tard, il semblerait que les écarts ne se soient pas réduits.

Le comptage des manifestants, un des enjeux centraux de toute grande mobilisation, fait l'objet de plus en plus d'attention depuis quelques années. En octobre 2010, le site Mediapart avait ainsi décidé de compter lui-même les manifestants, toujours contre la réforme des retraites. Résultat, les journalistes avaient dénombré 76.000 manifestants, soit 13.000 de moins que la police. Les syndicats en avaient compté 330.000.

En 2011, nous signalions cet article du site Popular Mechanics qui faisait le point sur l'historique des méthodes de comptage des foules et en soulignait les plus efficaces et originales. Plus récemment, une société espagnole a mis au point un logiciel qui permet de compter les foules avec une marge d'erreur de seulement 15% en utilisant des photos très haute résolution de la foule.

A LIRE AUSSI