Life

Lance Armstrong devrait avouer s'être dopé à Oprah Winfrey

Grégoire Fleurot, mis à jour le 12.01.2013 à 12 h 43

Lance Armstrong compte avouer s'être dopé lors de sa très attendue interview avec la présentatrice-star américaine Oprah Winfrey, qui doit être enregistrée lundi 14 janvier dans sa chez lui au Texas, rapporte USA Today. Le quotidien américain cite une source anonyme «familière de la situation».

Au cours de l’interview, qui doit être diffusée jeudi sur la chaîne d’Oprah Winfrey, le champion de cyclisme devrait avouer qu’il s’est dopé tout au long de sa carrière mais sans rentrer dans les détails, selon la même source.

Lance Armstrong, aujourd’hui âgé de 41 ans, a toujours nié s’être dopé, traitant souvent des accusateurs de menteurs et s’attachant les services d’avocats de renom pour combattre les accusations dont il faisait l’objet. Mais la situation a changé de manière spectaculaire en octobre 2012, quand l’agence antidopage américaine (Usada) a publié un rapport accablant montrant que l’américain a utilisé des moyens illicites pour gagner ses sept Tour de France consécutifs de 1999 à 2005, aidé par un système de dopage systématique et sophistiqué mis en place par son équipe. L’agence écrivait notamment:

«Les preuves montrent, sans le moindre doute, que l'US Postal a mis en place le programme de dopage le plus perfectionné, le plus professionnel et le plus efficace jamais vu dans le sport.»

Quelques jours plus tard, et sur la base de ce rapport, l’Union cycliste internationale (UCI) retirait à Lance Armstrong ses sept victoires dans le Tour de France glanées de 1999 à 2005 et annonçait la suspension à vie l’ancien de cycliste américain.

Si Armstrong fait bien ses aveux la semaine prochaine, il risquera d’être poursuivi par ceux qui s’estimeront lésés par ses mensonges, au premier rang desquels ses anciens sponsors, qui l’ont lâché après le rapport de l’Usada. USA Today rapporte qu’il pourrait aussi faire l’objet de poursuites pénales, bien que cela soit peu probable.

Le 4 janvier dernier, le New York Times rapportait déjà qu’Armstrong envisageait des aveux publics afin d’obtenir la fin de son inéligibilité et de pouvoir reprendre la compétition, notamment en triathlon, un sport qui adhère au code mondial antidopage. Selon ce code, un athlète peut voir sa peine d’inéligibilité réduite s’il avoue complètement et donne des détails sur la manière dont il s’est dopé et ses complices. Selon l’agence mondiale antidopage (AMA), son inégibilité ne pourra toutefois pas être réduite à moins de huit années, sauf si un accord soit trouvé entre l’AMA et l’Usada.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte