Monde

Les prisons irlandaises dépensent 40.000 euros par an en ballons de foot

Temps de lecture : 2 min

Ballon de football wjarretc via Flickr CC License by
Ballon de football wjarretc via Flickr CC License by

Voilà un chiffre auquel personne ne s'attendait. Les prisons irlandaises dépensent près de 40.000 euros par an en ballons de football, rapporte The Irish Examiner. Depuis trois ans, presque 130.000 euros ont ainsi été dépensés. Les prisons de Cloverhill, Cork et Limerick ont à elles trois dépensé 55.000 euros, soit les deux tiers de la facture totale.

A deux euros le ballon, cela signifie que la prison de Cloverhill a acheté 8.000 balles en deux ans, note The Irish Examiner. En moyenne, dix ballons disparaîtraient donc mystérieusement chaque jour.

Les administrations pénitentiaires ont été priées par le secrétaire général du département de la Justice d'expliquer ces dépenses.

En fait, les balles ne sont pas perdues mais détruites, explique l'administration du pénitencier de Limerick, qui possède quatre cours d'exercice entourées de barbelés et où 6.500 ballons ont été achetés entre 2010 et 2011:

«Les ballons sont continuellement détruits contre les barbelés. Nous assurons un approvisionnement régulier car les prisonniers n'ont pas beaucoup d'autres installations de loisirs.»

«Les ballons utilisés dans les établissements pénitenciers sont en plastique afin de diminuer les risques de blessures, explique le porte-parole d'une autre des administrations concernées. Et poser des filets de sécurités sous les barbelés n'est pas faisable d'un point de vue sécuritaire.» Pour l'instant, aucune solution n'a encore été trouvée.

Célésia Barry

Newsletters

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Le Kilauea, à Hawaï, est en éruption depuis plusieurs semaines. Heureusement, il n'a fait aucune victime.

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

Durant la guerre d'Espagne, Alphonse Laurencic a dessiné des cellules de l'enfer à Barcelone: les «checas».

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

Leurs parents veulent les préserver des violences du conflit qui touche la région.

Newsletters