Ben Laden a eu des documents Wikileaks entre les mains

wikileaks / smemon87 via Flickr CC License by

Oussama ben Laden aurait eu accès à des câbles diplomatiques et à des rapports militaires que le soldat Bradley Manning est accusé d’avoir transmis à Wikileaks, rapporte The New York Times.

Les procureurs militaires ont déclaré mercredi qu'ils allaient présenter les preuves que Ben Laden aurait demandé et obtenu ses documents par le biais d’un membre d’al-Qaida avant sa mort en mai 2011.

Comme le précise le New York Daily News, les procureurs n'ont pas dit quel était le contenu des documents secrets qui ont atterri entre les mains de Ben Laden.

Ces nouvelles preuves s’ajoutent à la longue liste d'accusations pour laquelle Bradley Manning est déjà inculpé.

Le jeune soldat américain, âgé de 24 ans, encourt déjà la perpétuité pour l'une des plus importantes fuites de documents classifiés de l'histoire américaine. Il est accusé d'avoir fourni environ 250.000 documents militaires américains confidentiels sur les guerres en Irak et en Afghanistan à Wikileaks, entre novembre 2009 et mai 2010, alors qu'il était analyste du renseignement en Irak. Il est détenu depuis mai 2010, et fait face à 22 chefs d'accusation, dont l'espionnage et la «collusion avec l'ennemi».

Le New York Times écrit qu’une autre preuve a aussi été retenue contre lui:

«Les procureurs ont également annoncé qu'ils allaient présenter les enregistrements de chats Internet datant de février 2010 entre le soldat Manning et Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, dans lesquels les deux hommes semblaient “rire” ensemble d'un article du New York Times. Daté du 17 mars 2010, l'article annonce que Wikileaks avait déjà été dénoncé par le Pentagone comme une menace pour les opérations militaires et de sécurité.»

Son procès devait débuter le 6 mars 2013 mais il a été repoussé par la juge militaire Denise Linden, qui a cité la date du 3 juin 2013 afin d’avoir le temps de prendre en considération ces nouvelles preuves retenues contre lui.

Comme le rappelle Le Monde, la juge a annoncé mardi 8 janvier une réduction de peine de cent douze jours pour Manning «en raison de la nature de son régime carcéral», jugé trop sévère. Durant neuf mois, entre juillet 2010 et avril 2011, Manning a été détenu vingt-trois heures par jour dans une cellule de moins de 4,5 mètres carrés à la prison des marines de Quantico, en Virginie. «Ses gardiens le forçaient en outre à dormir nu et le réveillaient régulièrement.»

La juge Denise Lind a estimé «qu'il était dans «l'intérêt légitime du gouvernement" de maintenir un détenu sous un régime carcéral antisuicide, en vue de "s'assurer de pouvoir [le] traduire devant un tribunal"».