Culture

Oscars 2013: l'actrice des «Bêtes du Sud sauvage» Quvenzhané Wallis est-elle trop jeune pour gagner?

Cécile Dehesdin, mis à jour le 10.01.2013 à 21 h 04

Quvenzhané Wallis dans «Les Bêtes du Sud sauvage».

Quvenzhané Wallis dans «Les Bêtes du Sud sauvage».

Parmi les nommées aux Oscars 2013 dans la catégorie «meilleure actrice», on trouve la petite Quvenzhané Wallis, qui, du haut de ses neuf ans, a illuminé le film Les Bêtes du Sud sauvage, également nommé dans la catégorie «meilleur film» et «meilleur réalisateur». Si elle l'emporte, elle deviendra la première mineure à remporter un Oscar depuis Anna Paquin, alors âgée de moins de douze ans, dans La Leçon de piano en 1994

Mais Quvenzhané Wallis, qui avait six ans quand le film a été tourné, est-elle trop jeune pour mériter un Oscar? C'est ce qu'estimait The Atlantic en décembre dernier, pour qui elle était trop jeune pour avoir réellement «joué».

D'après le magazine, «jouer un rôle demande une intention de la part de l'acteur, un effort conscient pour adopter une personnalité autre que la sienne». Or, un enfant ne pense pas à ça, se contentant d'«être». Conclusion: Wallis ne joue pas dans Les Bêtes du Sud sauvage, elle est «un superbe sujet pour une caméra».

Même raisonnement pour Grantland, qui estime que la performance de la petite fille n'est rien d'autre que «le résultat d'une superbe gestion d'une enfant mignonne et jeune par le réalisateur Benh Zeitlin».

Mais sur Slate, Aisha Harris est loin d'être d'accord. The Atlantic dit que ce qu'on aime chez Wallis, c'est son innocence: «Elle a l'air vraie justement parce qu'elle est incapable d'être autrement.» Or, depuis quand les enfants ont-ils arrêté de jouer à prétendre être quelqu'un d'autre, demande-t-elle?

«Quand une petite fille dit qu'elle est un pirate ou une princesse ou un personnage qu'elle à vu à la télévision, est-ce qu'elle n'adopte pas une personnalité autre que la sienne? Si, bien sûr que si. Et quiconque a vu Wallis en interview sait qu'elle semble être une personne entièrement différente du personnage qu'elle joue.»

Laissons la parole à Quvenzhané Wallis, qui, dans cette interview –où on apprend au passage (à 2'35) que son nom se prononce kwé-vanne-ja-nè–, répond à la question de savoir la différence entre elle et son personnage, Hushpuppy:

«Elle n'est pas vraiment moi parce qu'elle ne porte quasiment jamais de pantalons. Et elle a plus d'animaux et elle explore plus [le monde]

Pendant un temps, les Américains ont eu un «Oscar juvénile», une récompense donnée périodiquement aux acteurs de moins de 18 ans, lancée après la défaite de Jackie Cooper, 9 ans, contre Lionel Barrymore, 52 ans, aux Oscars de 1931. Entre autres jeunes acteurs, Shirley Temple l'a reçu en 1934 à l'âge de 6 ans, et Judy Garland à 17 ans en 1939 (elle a ensuite été nommée aux Oscars «adultes», mais n'a jamais gagné). La récompense a ensuite disparu, et The Atlantic comme Slate appellent à son retour.

La France a vécu une polémique du même genre en 1996, quand Victoire Thivisol avait remporté à 5 ans le prix d'interprétation féminine au Festival de Venise pour son rôle dans Ponette de Jacques Doillon. Le critique Gérard Lefort se demandait alors dans Libération si «les palmarès des grands festivals de cinéma ne sont pas en train de pérenniser une tendance qui consiste à primer le phénomène de foire plutôt que la qualité d'une interprétation».

Côté récompenses françaises, Charlotte Gainsbourg est la plus jeune actrice à avoir remporté le César du meilleur espoir féminin, à l'âge de 14 ans, pour son rôle dans L'Effrontée de Claude Miller.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte