Life

Monopoly fait appel à ses fans pour changer l'un de ses pions

Alexandre Blot Luca, mis à jour le 10.01.2013 à 16 h 48

Le célèbre jeu Monopoly, créé par Charles Darrow/ Mike_Fleming via Flickr CC  License by.

Le célèbre jeu Monopoly, créé par Charles Darrow/ Mike_Fleming via Flickr CC License by.

Le chien, le dé à coudre, la voiture de course... Une légende s’apprête à passer son tour. Le célèbre jeu Monopoly, commercialisé par Hasbro, a en effet décidé de supprimer l’un de ses huit pions, rapporte le site d'informations culturelles Flavorwire.

L’opération, baptisée «Save your token» [sauvez votre pion], a été lancée le mercredi 9 janvier par le biais d’une application Facebook. Des milliers de fans sont ainsi appelés à voter pour leur pion préféré parmi la voiture, la chaussure, le chien, le dé à coudre, le bateau, le chapeau, le fer à repasser et la brouette. Le vote, ouvert jusqu’au 6 février, verra l’un des pions rester en prison pour ne plus jamais en sortir.

Un chat, un anneau en or, une guitare, un robot et un hélicoptère sont en concurrence pour prendre la relève.

Une initiative qui a suscité de nombreux commentaires de fans mécontents sur le réseau social. Dans des propos rapportés par le site d’information The Big Story, Eric Nyman, représentant mondial de la marque Hasbro, a expliqué que cette idée de concours leur était venue d’une discussion lancée sur la page du jeu. «Nous sommes en contact permanent avec nos fans et à l’écoute de leurs suggestions sur les pions qu’ils aimeraient voir dans le jeu», a-t-il déclaré.

Un beau coup marketing pour la marque qui fête cette année ces 77 ans. Pourtant, ce n’est pas la première fois que le jeu, créé par Charles Darrow, tente de renouveler ses pions au gré des époques.

La version originale, commercialisée pour la première fois en 1935, contenait une lanterne, un sac à main, un cheval à bascule et un canon, détaille The Big Story. Dans les années 1950, un cheval et un cavalier ont également fait leur apparition.

Mais c’est durant la Seconde Guerre mondiale que le Monopoly s’est véritablement forgé une histoire, raconte le magazine américain The Atlantic. Pendant le conflit, un grand nombre de pilotes d’avion britanniques ont été fait prisonniers par l’Allemagne. Dans leur grande bonté, des geôliers allemands autorisaient des associations humanitaires à distribuer des paquets contenant notamment des jeux et des passe-temps. Une faiblesse dont les alliés ont su tirer profit. Le Monopoly, alors distribué aux prisonniers, renfermait en vérité un kit d’évasion comprenant des boussoles, des cartes, de l’argent et des limes en métal.

Mais pourquoi avoir choisi le Monopoly? Non pas par affinité, mais bien parce que «sa boîte était trop grande pour ne contenir qu’un jeu et était, du même coup, l’endroit idéal pour cacher toutes sortes de choses», explique Philip Orbanes, auteur de nombreux livres sur le Monopoly, dans des propos rapportés par The Atlantic via la chaîne d’information ABC News.

Les boussoles et les limes étaient ainsi maquillées comme des pions, les billets de banques cachés sous les faux billets du jeu tandis que les cartes géographiques étaient insérées à l’intérieur même du plateau.

Alexandre Blot Luca
Alexandre Blot Luca (27 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte