Life

Les gens facilement dégoûtés repèrent plus aisément la saleté

Célésia Barry, mis à jour le 08.01.2013 à 13 h 47

De la poussière gelée Clearly Ambiguous via Flickr CC License by

De la poussière gelée Clearly Ambiguous via Flickr CC License by

Le dégoût est le fait de ressentir un violent rejet accompagné d'un écœurement vis-à-vis de quelque chose, généralement d'un aliment. Ce sentiment permet à l'homme de ne pas être contaminé par des aliments toxiques.

Certaines personnes ressentent le dégoût plus facilement que les autres. Mais ce ne serait pas qu'un désavantage. En effet, le blog Research Digest signale une étude du professeur Gary Sherman, de la Harvard Kennedy School, à Cambridge aux États-Unis, selon laquelle les personnes facilement dégoûtées seraient plus aptes à détecter les impuretés.

L'étude, en trois parties, a été réalisée sur cent vingt-trois étudiants, explique Science Daily. Il leur a tout d'abord été demandé de trouver l’intrus parmi quatre carrés présentés sur un écran d'ordinateur. Les carrés étaient soit gris clairs sur un fond blanc, soit gris foncés sur un fond noir. Dans les deux cas, l'un des quatre carrés était légèrement plus clair ou plus foncé que les autres. Un sondage mesurait ensuite leur taux de dégoût.

Les étudiants aisément sujets au dégoût ont plus facilement détecté le carré intrus lorsque celui-ci se trouvait sur un fond blanc. Concernant les carrés gris foncés sur fond noir, ils ont obtenu les mêmes résultats que les autres.

On leur a ensuite demandé de repérer des chiffres gris clairs sur un fond blanc. Les étudiants plus facilement dégoûtés ont montré une plus grande facilité à repérer les chiffres. Les autres sont restés insensibles à l'image.

Enfin, les participants ont observé des images provoquant chez eux un fort taux de dégoût, comme des asticots sur un morceau de viande, ou de peur, comme la photo d'un visage en colère. Ils ont ensuite été soumis au test des carrés. Les étudiants sensibles au dégoût ont repéré l'intrus, contrairement à leurs camarades.

Le professeur Gary Sherman en conclut que le dégoût modifie la perception en améliorant la capacité à repérer les nuances claires légères. Selon le degré de dégoût, les effets sont différents: un étudiant difficilement dégoûté auquel on montre une image de pourriture n'obtiendra pas de meilleurs résultats au test du carré. Au contraire, un étudiant facilement dégoûté confronté à la même image détectera avec plus de facilité les différences de nuances.

L'étude montre ainsi que les personnes facilement dégoûtées repèrent plus facilement les nuances légères de couleurs et sont donc plus aptes à détecter la saleté sur des surfaces propres. Selon les chercheurs, il s'agirait d'une forme de réglage de la perception. Une question reste en suspens: est-ce le dégoût qui mène à mieux voir la saleté ou est-ce fait de mieux détecter les impuretés qui provoque le dégoût?

Célésia Barry
Célésia Barry (113 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte