Monde

Syrie: Bachar el-Assad propose une «solution» inacceptable pour les rebelles

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du discours de Bachar el-Assad sur le site d'Al jazeera
Capture d'écran du discours de Bachar el-Assad sur le site d'Al jazeera

Le leader Bachar el-Assad a prononcé un discours ce dimanche 6 janvier, alors que 21 mois de violences entre son armée et les rebelles syriens ont fait plus de 60.000 morts.

Dans sa première apparition publique depuis juin dernier, le président syrien a exposé sa «solution» pour sortir de cette guerre civile meurtrière, annonçant un nouveau gouvernement, une amnistie générale où «tout le monde pardonnera à tout le monde», et une conférence nationale pour le dialogue et la réconciliation quand les opérations militaires seraient terminées, rapporte FranceTVInfo.

Mais cette amnistie «ne s'adresse pas aux personnes qui refusent une solution politique, qui ont trahi la Syrie». Bachar el-Assad a qualifié les rebelles de «terroristes» et de «salafistes qui organisent des meurtres de masses», refusant un dialogue avec l'opposition, «une marionnette fabriquée par l'Occident».

Il a nié l'idée que la Syrie soit en pleine révolution, parce qu'une «révolution a besoin d'intellectuels, où sont les intellectuels de cette révolution? Une révolution a besoin de leaders, qui sont les leaders de cette révolution?».

Comme le note Reuters, il est certain que la proposition d'el-Assad sera rejetée par les rebelles qui ont déjà dit qu'ils ne négocieraient que si le leader quittait le pouvoir.

«Nous sommes maintenant en état de guerre dans tous les sens du mot», a également dit Assad:

«Cette guerre vise la Syrie en utilisant une poignée de Syriens et plein d'étrangers. Donc, c'est une guerre pour défendre la nation.»

Cécile Dehesdin Rédactrice en chef adjointe

Newsletters

Au Liban, des manifestations inédites s'emparent du pays

Au Liban, des manifestations inédites s'emparent du pays

L'annonce d'une taxe WhatsApp a poussé des centaines de milliers de personnes dans la rue. Son annulation n'a rien entamé au mouvement, qui réclame la chute du régime.

Face au changement climatique, des assureurs de plus en plus frileux

Face au changement climatique, des assureurs de plus en plus frileux

L'augmentation et l'intensification des chocs climatiques extrêmes entraînent déjà le retrait des assureurs dans certaines zones.

Pourquoi les États-Unis ne doivent pas entrer en guerre contre l'Iran

Pourquoi les États-Unis ne doivent pas entrer en guerre contre l'Iran

Tweets menaçants, discours belliqueux, attaques de drones et de tankers notamment dans le Golfe Persique. À quoi bon, puisque ces deux puissances ne souhaitent pas déclencher de conflit?

Newsletters