France

Après Gérard Depardieu, Brigitte Bardot menace de demander la nationalité russe

Alexandre Blot Luca, mis à jour le 04.01.2013 à 16 h 36

Brigitte Bardot à Genève le 5 décembre 20055, REUTERS/Denis Balibouse

Brigitte Bardot à Genève le 5 décembre 20055, REUTERS/Denis Balibouse

La fuite des cerveaux français vers la Russie semble être à la mode. Alors que notre Gégé national est devenu citoyen russe jeudi, Brigitte Bardot menace à son tour de rejoindre la patrie de Vladimir Poutine, nouvellement connue pour être une «grande démocratie».

Une annonce pourtant peu étonnante quand on connait son admiration pour le président russe, note le quotidien belge Le Soir. Le 20 décembre 2011, elle avait «personnellement et très sincèrement remercié» celui qu'elle surnommait alors «mon Premier ministre préféré» pour son soutien dans la protection des phoques du Groenland.

Elle faisait également partie des partisans de Depardieu lorsque celui-ci vint à s'établir en Belgique, qualifiant dans une lettre transmise à l'AFP, et reprise entre autres par L'Express, «d'acharnement extrêmement injuste» les polémiques qui ont entouré le départ de l'acteur.

Dans un communiqué publié sur le site de sa fondation, l’ancien sex-symbol des années 60 menace donc de «demander la nationalité russe afin de fuir ce pays [la France] qui n’est plus qu’un cimetière d’animaux» [PDF].

En cause: la possible euthanasie de deux éléphantes lyonnaises, Baby et Népal, atteintes de la tuberculose. Fidèle à son habitude, Brigitte Bardot n’a pas tardé à se mobiliser pour tenter de sauver les deux animaux: après une lettre et une pétition adressées à François Hollande, elle a proposé d’accueillir les mastodontes dans une structure adaptée, relatait Rue89Lyon.

Un pourvoi a même été déposé devant le Conseil d’Etat. Des manifestations rassemblant une cinquantaine de personnes s’organisent à l’appel des associations, dont la dernière en date a eu lieu le 2 janvier, selon France 3 Rhône-Alpes.

Propriété du parc de la Tête d’or de Lyon, les deux pachydermes ont été en contact avec l’un de leurs congénères qui est mort en août dernier de la tuberculose, explique RFI. Atteintes par la maladie mais porteuses saines, Baby et Nepal sont en sursis et doivent être euthanasiées sur ordre du préfet de Lyon avant le 10 janvier. Si la maladie venait à se déclarer, elle serait contagieuse pour l'homme, précise RFI, qui ajoute que leurs éternuements et selles peuvent rester collés aux bottes des soigneurs, d'où un risque de propagation de la bacille de la tuberculose.

Mais d'après le cirque Pinder, propriétaire des deux animaux, l'état des éléphantes est connu depuis deux ans. «Les autorités sont donc soupçonnées de vouloir tout simplement faire de la place dans le zoo», souligne RFI.

Alexandre Blot Luca
Alexandre Blot Luca (27 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte