Life

[VIDEO] Foot: un match du Milan AC arrêté définitivement à cause d'insultes racistes

Grégoire Fleurot, mis à jour le 03.01.2013 à 18 h 49

Kevin Prince Boateng lors d'un match entre l'Inter et le Milan AC à San Siro, le 7 octobre 2012. REUTERS/Max Rossi.

Kevin Prince Boateng lors d'un match entre l'Inter et le Milan AC à San Siro, le 7 octobre 2012. REUTERS/Max Rossi.

C’est un fait assez rare pour être souligné: un match de football professionnel a été définitivement arrêté ce jeudi 3 janvier à cause des insultes racistes de quelques supporters.

A la 25e minute d’un match amical opposant les amateurs italiens de Pro Patria aux stars du Milan AC, l’international ghanéen Kevin Prince Boateng s’est arrêté de jouer alors qu’il était en possession du ballon, apparemment furieux. Attrapant la balle avec les mains, il a tiré en direction d'un groupe de supporters dans le stade avant d’enlever son maillot et de se diriger vers le vestiaire.

Des joueurs des deux équipes ont d’abord essayé de le calmer avant que d’autres joueurs du Milan AC ne commencent à se diriger vers le vestiaire. Au final, tous les joueurs ont quitté le terrain, sous les applaudissements d’une partie du stade.

«L’arbitre a ensuite arrêté la rencontre et il est vite apparu évident que le match ne reprendrait pas», écrit le site du quotidien anglais The Independent, qui précise que des insultes racistes avaient déjà été entendues plus tôt dans le match, et que des joueurs de Pro Patria avaient essayé de les faire arrêter.

Sur le site du Milan AC, qui proposait un direct du match, on peut lire:

«26’ – Milan quitte le terrain après qu’une minorité de fans de Pro Patria ont lancé des insultes racistes envers Boateng, Niang, Emanuelson et Muntari. Les autres supporters ne sont pas associés aux chants racistes.»

L’entraîneur du Milan AC, Massimiliano Allegri, a déclaré sur le site du Milan AC:

«C’est décevant pour tous ceux qui étaient au stade, mais nous devions envoyer un signal fort. […] Ces épisodes racistes doivent cesser. […] Nous sommes désolés que ces évènements aient eu lieu, surtout pour les autres supporters, les familles et les enfants qui étaient venus passer une après-midi plaisante. […] J’espère que cela fera un exemple pour toutes les divisions.»

Boateng a publié peu après le match un message sur son compte Twitter, après avoir reçu de nombreux messages de soutien:

«C’est une honte que ces choses là arrivent encore… #arrêtonsleracisme pour toujours»

Des campagnes de lutte contre le racisme dans le football sont menées depuis des décennies, et l’UEFA a donné en 2010 la permission aux arbitres d'arrêter temporairement le match ou définitivement en cas de racisme,  mais très peu de matchs sont arrêtés pour racisme et encore moins sont suspendus.

C’est souvent aux joueurs eux-mêmes de quitter le terrain quand ils ne peuvent plus supporter les insultes, comme le champion du monde brésilien Roberto Carlos en Russie. La star Samuel Eto’o, victime d’insultes racistes dans les stades d’Espagne et d’Italie, avait également conseillé aux joueurs de quitter le terrain dans de telles circonstances.

G.F.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte