Monde

Les mauvaises et les bonnes nouvelles de 2013

Slate.fr, mis à jour le 01.01.2013 à 11 h 04

Mars - Digital Elevation Model / Kevin M. Gill via FlickrCC License by

Mars - Digital Elevation Model / Kevin M. Gill via FlickrCC License by

Le site économique américain Marginal Revolution et deux quotidiens britanniques, le Guardian et le Financial Times ont passé en revue ce que pourraient être les bonnes et les mauvaises nouvelles de l'année 2013. Il y a dans ses prédictions à la fois de quoi se faire peur et quelques raisons également d'être optimiste. Il faut aussi les prendre avec précautions. La prévision n'est pas une science exacte. Ce n'est pas une raison pour y renoncer.

Voilà donc pêle-mêle une sélection de 12 évènements ou évolutions possibles et parfois probables dans les domaines économique, politique et scientifique.

1) La découverte d'une vie extraterrestre sur mars

Ce serait le choc tant attendu pour l'humanité. La vie n'existe pas seulement sur terre, mais sur d'autres planètes et même sur la plus proche de la notre, sur Mars. Les analyses chimiques du sol et de roches martiennes par le robot de la Nasa Curiosity qui a débarqué sur Mars en août sont sans doute les informations scientifiques les plus attendues de l'année 2013.  L'excitation grandit car des rumeurs annoncent déjà que Curiosity a détecté des traces chimiques de vie.

2) Une probable intervention militaire occidentale en Syrie

Armes chimiques, al-qaida, chaos, exactions, crise humanitaire généralisée, plus de 40.000 morts… Les raisons d'une intervention militaire occidentale en Syrie ne manquent même si elles se heurtent à de nombreux obstacles à commencer par le refus de la Russie et les menaces iraniennes et du hezbollah libanais qui soutiennent le régime de Bachar el-Assad. Mais la menace du chaos et d'un pouvoir islamiste radical à Damas amèneront sans doute les occidentaux à intervenir d'une façon ou d'une autre sur le terrain syrien.

3) La menace d'une sécession catalane et la crise de l'Etat espagnol

La crise économique et politique en Espagne est non seulement une menace pour l'ensemble de l'Europe et de la zone euro mais aussi fait peser une interrogation sur l'avenir du pays. Les tendances centrifuges sont parfaitement illustrées par l'organisation annoncée en 2014 d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne.

4) Pas de guerre entre la Chine et le Japon

Il est peu vraisemblable que des incidents éclatent entre les armées et plus particulièrement les flottes chinoise et japonaise. Pour autant le ressentiment en Chine anti-japonais est considérable et la montée du nationalisme au Japon évident dans un pays blessé par le Fukushima et angoissé par son avenir. Les deux nouveaux dirigeants des deux superpuissances asiatiques, Xi Jinping en Chine et Shinzo Abe au Japon, voudront tout deux prouver leur détermination et leur patriotisme, notamment dans l'affaire des îles Senkaku. Mais ils semblent suffisamment responsables pour éviter que les choses aillent trop loin.

5) Barack Obama va-t-il bombarder l'Iran?

Cela semble très peu probable. La stratégie, inefficace, de Barack Obama avec l'ambition iranienne de se doter d'une arme nucléaire a consisté depuis quatre ans à gagner du temps et à empêcher à plusieurs reprises l'encombrant allié israélien de se lancer dans une aventure militaire. Il sera bientôt trop tard, il est peut-être déjà trop tard, pour empêcher les mollah d'avoir quelques bombes atomiques dans leur arsenal. L'histoire jugera Barack Obama. Mais contrairement aux engagements pris avant sa réélection auprès d'Israël, il est très douteux que le Président des Etats-Unis se lance dans un nouveau conflit au Moyen-Orient.

6) L'Italie aussi peut relancer la crise européenne

En Europe du sud, il n'y a pas que l'Espagne qui inquiète et qui potentiellement peut mettre à mal l'ensemble de la zone euro. L'Italie aussi qui non seulement plonge dans la récession mais renoue avec ses démons politiques comme le montre le retour du spectre, Silvio Berlusconi. Mario Monti qui a permis un spectaculaire redressement de la crédibilité des dirigeants politiques italiens a peu de chance aujourd'hui de remporter les élections qui se tiendront probablement en février.

7) L'économie américaine va-t-elle retrouver 3% de croissance annuelle?

Non. L'économie américaine, première économie mondiale, ne devrait pas en 2013 avoir une croissance de plus de 2% et ne retrouvera pas son dynamisme d'avant la crise de 2008. L'incertitude fiscale et budgétaire reste considérable, les exportations peu soutenues et le marché de l'immobilier se redresse lentement. La reprise est bien là, mais plutôt décevante.

8) L'ère des machines vraiment intelligentes

La progression continue de la puissance de calcul, la capacité des machines à apprendre par elle-même et à reproduire et améliorer des capacités de raisonnement humaines, les progrès de la robotisation et des nanotechnologies ouvrent une ère dont nous mesurons à peine les contours. Mais le progrès technologique continue à s'accélérer.

9) Un effondrement politique de l'Afrique du sud

L'ANC, le parti au pouvoir, est en peine décomposition. Pourra-t-il survivre à la disparition de Nelson Mandela?

10) L'éveil de l'Inde

La plus grande démocratie du monde, bientôt le pays le plus peuplé de la planète va-t-il être capable de surmonter ses problèmes de production d'électricité, d'éducation et de faible producticité agricole. La prise de conscience que la société indienne doit évoluer, à commencer par la façon dont elle traite les femmes, est en marche.

11) Istanbul va gagner les Jeux Olympiques de 2020

Le Comité International Olympique va choisir en septembre entre Istanbul, Tokyo et Madrid pour organiser les Jeux Olympiques d'été en 2020. La bonne décision politique serait d'attribuer pour la première fois les Jeux à un pays musulman et de pousser ainsi le régime islamique modéré au pouvoir en Turquie à rester ouvert sur le monde et à réfréner ses tendances autoritaires. La seule inquiétude tient à l'avenir incertain de la Syrie qui a une frontière avec la Turquie.

12) Un rebond inattendu de l'économie chinoise

L'économie chinoise, la deuxième de la planète, a d'ores et déjà prouvé sa capacité à faire face aux chocs et à rebondir. Elle pourrait à nouveau surprendre en dépit du flottement politique et économique et de la nécessité de changer de modèle en passant le relais de la croissance des exportations vers la consommation. De toute façon, les dirigeants chinois n'ont pas le choix. Leur système social et politique a besoin de croissance économique pour survivre.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte