Monde

C'est à cause de Karl Rove que Mitt Romney a mis si longtemps à avouer sa défaite le 6 novembre

Temps de lecture : 2 min

Mitt Romney reconnaît sa défaite à Boston, le 7 novembre 2012. REUTERS/Jim Young.
Mitt Romney reconnaît sa défaite à Boston, le 7 novembre 2012. REUTERS/Jim Young.

C’était un des petits mystères de la dernière soirée électorale américaine: pourquoi Mitt Romney a-t-il attendu si longtemps pour reconnaître sa défaite face à Barack Obama?

Celle-ci a été annoncée un peu avant 23h15 heure de la côte Est par NBC le 6 novembre (5h15 le 7 heure française) mais le candidat républicain n'a prononcé son discours qu'un peu avant 1 heure du matin, juste après avoir appelé Barack Obama. Dans un long article sur la campagne du candidat battu, le Boston Globe explique ce délai par le fait que Romney a fait confiance à Karl Rove, l'ancien conseiller de Bush et consultant pour Fox News, qui affirmait seul contre tous qu'il n'avait pas encore perdu —un épisode surréaliste que nous vous avions narré en direct:

«[Romney] était prêt à reconnaître sa défaite vers 23h15, quand le stratège républicain Karl Rove a fait sa désormais tristement célèbre apparition sur Fox News pour expliquer que sa propre chaîne avait tort en donnant le président gagnant dans l’Ohio. L’appel a été annulé et une heure d’incertitude a suivi. Puis, quand des dirigeants de la Fox ont écarté les remarques de Rove et confirmé les projections de la chaîne, Romney a dit: "Appelez le président".»

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

Siéger au Parlement européen avec moins de 12.000 voix? C'est possible

Siéger au Parlement européen avec moins de 12.000 voix? C'est possible

Plus de 300 millions de personnes issues de vingt-sept pays sont appelées aux urnes pour élire 705 eurodéputé·es –dont un siège un peu particulier.

Les États-Unis veulent interdire un service d'IVG médicamenteuse à distance

Les États-Unis veulent interdire un service d'IVG médicamenteuse à distance

Les autorités sanitaires ciblent une association qui envoie des médicaments pour avorter par courrier et assure un suivi via téléconsultation.

Les débuts chaotiques de Jair Bolsonaro sur la scène internationale

Les débuts chaotiques de Jair Bolsonaro sur la scène internationale

Plus de quatre mois après l'investiture du président brésilien, sa politique extérieure reste peu lisible, hormis son rapprochement avec Donald Trump.

Newsletters