Monde

C'est à cause de Karl Rove que Mitt Romney a mis si longtemps à avouer sa défaite le 6 novembre

Temps de lecture : 2 min

Mitt Romney reconnaît sa défaite à Boston, le 7 novembre 2012. REUTERS/Jim Young.
Mitt Romney reconnaît sa défaite à Boston, le 7 novembre 2012. REUTERS/Jim Young.

C’était un des petits mystères de la dernière soirée électorale américaine: pourquoi Mitt Romney a-t-il attendu si longtemps pour reconnaître sa défaite face à Barack Obama?

Celle-ci a été annoncée un peu avant 23h15 heure de la côte Est par NBC le 6 novembre (5h15 le 7 heure française) mais le candidat républicain n'a prononcé son discours qu'un peu avant 1 heure du matin, juste après avoir appelé Barack Obama. Dans un long article sur la campagne du candidat battu, le Boston Globe explique ce délai par le fait que Romney a fait confiance à Karl Rove, l'ancien conseiller de Bush et consultant pour Fox News, qui affirmait seul contre tous qu'il n'avait pas encore perdu —un épisode surréaliste que nous vous avions narré en direct:

«[Romney] était prêt à reconnaître sa défaite vers 23h15, quand le stratège républicain Karl Rove a fait sa désormais tristement célèbre apparition sur Fox News pour expliquer que sa propre chaîne avait tort en donnant le président gagnant dans l’Ohio. L’appel a été annulé et une heure d’incertitude a suivi. Puis, quand des dirigeants de la Fox ont écarté les remarques de Rove et confirmé les projections de la chaîne, Romney a dit: "Appelez le président".»

Newsletters

En Indonésie, un peuple reconnaît cinq genres différents

En Indonésie, un peuple reconnaît cinq genres différents

Dans la société bugis, les makkunrai, les oroani, les calalai, les calabai et les bissu correspondent à cinq façons d'être au monde.

Le prince Philip, celui qui a dépoussiéré Buckingham Palace

Le prince Philip, celui qui a dépoussiéré Buckingham Palace

Indissociable de l'ombre de la reine d'Angleterre, à la fois témoin et acteur des bouleversements du siècle dernier, le prince Philip était pour son temps plus avant-gardiste qu'on ne l'imagine.

Selon Donald Trump, un des vaccins contre le Covid «devrait s’appeler “Trumpcine”»

Selon Donald Trump, un des vaccins contre le Covid «devrait s’appeler “Trumpcine”»

L’ancien président des États-Unis a soutenu qu’un des vaccins devrait porter son nom, lors d’un discours prononcé devant les instances du Parti républicain.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters