Le jeu vidéo, nouvelle cible marketing de l'industrie des armes?

image promotionnelle du jeu «Call of Duty: Black Ops 2».

Alors que le débat sur les armes à feu se poursuit aux Etats-Unis après la tuerie de Newtown, la NRA, le puissant lobby des armes (plus de 3 millions d’adhérents), ne voit pas dans leur prolifération un problème de sécurité publique et tente tant bien que mal de trouver des explications aux 30.000 décès annuels par arme à feu du pays.

Parmi elles, le jeu vidéo tient une place de choix. Peu importe que le lien entre jeux vidéo et violence n’ait jamais été prouvé ou que les pays qui comptabilisent les plus faibles taux de meurtres par arme à feu soient ceux dans lesquels on y joue le plus, ils sont quand même pointés du doigt à chaque nouvelle effusion de sang.

Une enquête du New York Times révèle pourtant que l’industrie de l’armement se sert de plus en plus des jeux vidéo pour faire la promotion de ses produits. Or, c’est cette même industrie qui finance massivement la NRA, celle là-même qui dénonce les jeux vidéo comme responsables de la violence.

«Les fabricants d’armes à feu et d’équipements associés considèrent maintenant les jeux vidéo comme un moyen de promouvoir leurs marques auprès de millions de clients potentiels», explique le New York Times. Ainsi, sur le site du nouvel opus de la simulation de guerre Medal of Honor (le grand rival de Call of Duty), une page appelée «Jeu authentique. Marques authentiques» présente les différents partenaires de l’industrie de l’armement qui ont collaboré à l’élaboration du jeu et permis l’utilisation des noms de leurs armes. On peut y voir les logos de chaque marque, ainsi que des slogans du style «Tirer pour gagner».

Des liens renvoyaient directement vers les sites des fabricants, sur lesquels on peut acheter leurs armes, mais ils ont été retirés pour tenter d’atténuer la polémique grandissante autour de cette page, rapporte le New York Times. Mais le reste de la page est intact et il suffit d’un copier-coller du nom des marques dans Google pour se procurer «en vrai» son flingue virtuel fétiche.

Certains joueurs sont de plus en plus mal à l’aise avec ce rapprochement des deux industries et estiment qu’il ne devrait pas y avoir de véritables armes (c’est-à-dire des répliques exactes avec le vrai nom) dans les jeux vidéo.

Business Insider rappelle par ailleurs que la NRA est bien mal placée pour critiquer les jeux vidéo puisqu’elle en a produit plusieurs. Le jeu NRA Gun Club est par exemple sorti sur Playstation 2 en 2006: seulement classé 10+ (utilisable par tous à partir de 10 ans) et sévèrement noté par la critique, il propose de s’entraîner au tir sur différentes cibles avec de nombreuses armes.

Et pour ceux qui préfèrent le grand air aux salles de tir, NRA Varmint Hunter (NRA chasseur de vermine) est également disponible sur PC. La mission: débarrasser un champ des vermines et autres rongeurs qui ruinent les récoltes à l’aide d’un fusil à lunette.

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
LU SUR...
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
À la une de Slate »
LU,VU&ENTENDU
Publié le 26/12/2012
Mis à jour le 26/12/2012 à 16h25