Le X Phone, un projet Google, changera-t-il le secteur du mobile?

Google travaille sur un projet que la compagnie appelle en interne le «X-Phone», espérant en faire un concurrent sérieux aux appareils conçus par Apple et Samsung, écrit le Wall Street Journal dans son édition du week-end. Naturellement, Google utilisera Motorola, qu’il a acquis il y a plus de six mois pour 12,5 milliards de dollars (10 milliards d’euros), pour créer L’OBJET qui devrait posséder des outils qui n’existent pas sur le marché.

Mais devenir un fabricant de téléphones suffisamment séduisant et à la pointe s’avère pour Google beaucoup plus compliqué qu’il ne l’avait imaginé. L’entreprise californienne a notamment connu des problèmes dans sa chaîne de fabrication, écrit le quotidien économique, citant des sources internes et anonymes. Il faut aussi du temps, a plaidé une source, pour que les philosophies se marient.

Google a en effet out-sourcé plusieurs douzaines de ses cadres au sein de la hiérarchie de Motorala, alors que ceux-ci ne possèdent pas d’expérience dans le hardware. La condition sine qua non pour que ce désavantage se transforme un jour en révolution.

Selon les sources du Wall Street Journal, Motorola travaille sur une double stratégie: développer des téléphones vendus par des partenaires, et le X phone. Il y aurait aussi une X Tablette dans la besace. Le Wall Street Journal estime que Google et Motorola lanceraient l’X Phone dans le courant de l’année prochaine, mais sans qu’une date plus précise ne soit avancée.

Que posséderait ce téléphone qui, selon les rêves de Google, est censé conquérir les 6 milliards de personnes qui n’ont pas encore de portable? Sur la forme, un écran flexible, des formes différentes de ce qui existe grâce à une base en céramique, donc très résistante. Sur le fond, le quotidien rappelle que Motorola a acheté il y a deux mois Viewdle, une société qui a développé une technologie qui allie reconnaissance des images et des mouvements.

Est-ce que ces promesses seront suffisantes pour convaincre ces utilisateurs potentiels?

L’affaire en tout cas pourrait changer la face du secteur, largement contrôler par le duo Apple - Samsung, et dans une moindre mesure Google, via son OS Androïd, qui équipe déjà beaucoup de «smartphones». En devenant constructeur, l’Américain se retrouverait directement concurrent du Sud-Coréen, distributeur de solutions Google, et d'Apple. Quelles seront leurs réactions?