Monde

Après Newtown, ruée sur les fusils d'assaut aux Etats-Unis

Temps de lecture : 2 min

Des munitions saisies par la police à Ciudad Juarez, au Mexique en avril 2012, REUTERS/STRINGER Mexico
Des munitions saisies par la police à Ciudad Juarez, au Mexique en avril 2012, REUTERS/STRINGER Mexico

La semaine qui vient de s’achever a été très bonne pour les vendeurs d’armes à feu aux Etats-Unis. Surtout pour ceux qui vendent des fusils d’assaut. Alors que le dernier enterrement d’enfant tué lors du massacre de Newtown, dans le Connecticut, a eu lieu samedi 22 décembre, les fans d’armes à feu de tout le pays ont fait la queue devant les magasins et envahi les stands dans les foires aux armes.

Si la fusillade de Jared Lee Loughner en Arizona en janvier 2011 avait aussi entraîné une hausse ponctuelle des ventes d'armes et que la période de Noël est traditionnellement une période d'achat d'armes aux Etats-Unis, le pays connaît actuellement une véritable ruée vers les fusils d’assaut, dont beaucoup craignent qu'ils soient bientôt rendus illégaux.

Des journalistes de Reuters sont allés dans des salons d’armes à feu en Pennsylvanie, dans le Missouri et au Texas pour confirmer une tendance qui est également rapportée par les médias locaux. Il y avait une telle ruée pour rentrer dans une foire aux armes au Texas samedi matin que le Fort Worth Star Telegram l’a comparé aux scènes de shopping de Noël.

Le prix des fusils d’assaut a bondi depuis le massacre de Newtown, mais cela n’a pas fait baisser la demande. A Allentown, en Pennsylvanie, une propriétaire d’armurerie affirme avoir vendu plus de 100 fusils d’assaut depuis le 01 décembre, date de la tuerie. «J’ai tout vendu», a-t-elle confié à Reuters.

Dans une foire aux armes près de San Antonio, dans le Texas, les munitions d’AR-15, le modèle utilisé par le tueur de Newtown, sont le produit le plus populaire, rapporte le San Antonio Express News. Et il ne s’agit pas d’un cas isolé.

L’Atlanta Journal Constitution rapporte que des centaines de personnes faisaient la queue pour rentrer dans un salon d’armes à feu à Marietta, en Géorgie, où les fusils semi-automatiques AR-15 et les munitions correspondantes étaient aussi parmi les produits les plus vendus. «Les premiers arrivés ont quitté le salon avec des caisses entières de munitions» rapporte le journal. Une chaîne locale de CBS souligne que le AK-47 et le AR-15 rencontrent un succès tout particulier dans une foire à York County, en Pennsylvanie parce que «de nombreux collectionneurs d’armes à feu affirment avoir peur qu’ils deviennent bientôt illégaux.»

Reuters rapporte qu’un acheteur dans une foire de Kansas City a payé 925 dollars (environ 700 euros) pour un AR-15, alors que le même modèle coutait 400 dollars il y a un an. Pourtant, l’acheteur a presque fait une bonne affaire: la plupart des modèles «partent à 1.500 dollars chacun».

Grégoire Fleurot Journaliste

Newsletters

De la Palestine aux États-Unis, une histoire de famille

De la Palestine aux États-Unis, une histoire de famille

Pour l'exposition Gaza to America: Home Away From Home, visible aux rencontres d'Arles jusqu'au 23 septembre, le Palestinien Taysir Batniji a voulu documenter «une partie de [sa] famille qui est partie de Gaza pour...

J’ai mis du temps à comprendre que le lait de la bouteille venait d’un animal

J’ai mis du temps à comprendre que le lait de la bouteille venait d’un animal

Tombait toujours la même recommandation, le truc qu'on nous vendait comme l’acte écologique le plus radical: ne pas laisser l’eau du robinet couler pendant qu’on se brossait les dents.

Malgré le camouflet du Parlement européen, n’enterrons pas Orbán trop vite

Malgré le camouflet du Parlement européen, n’enterrons pas Orbán trop vite

Le vote du 12 septembre appelant au déclenchement de sanctions sans précédent contre la Hongrie de Viktor Orbán conforte la vulgate anti-migrants et antidémocratique du dirigeant magyar.

Newsletters