Monde

Guerre des cartels: top 10 des histoires les plus étranges en 2012

France Ortelli, mis à jour le 13.12.2012 à 14 h 33

Barrage de l'armée mexicaine proche de Ciudad Juarez / Reuters

Barrage de l'armée mexicaine proche de Ciudad Juarez / Reuters

«Bienvenue dans la folie inhérente à la guerre de la drogue.» Dans un excellent article publié ce 11 décembre, The New Yorker résume les histoires les plus rocambolesques de la lutte contre le narcotrafic au Mexique en 2012.

En tout, une dizaine d’anecdotes, toutes plus incroyables les unes que les autres.

D’abord, cette photo d’une jeep coincée et échouée en équilibre sur des rails au sommet d'une barrière frontalière mexicaine de 4,25 mètres de hauteur. Elle résume à elle seule la «quintessence de la guerre des cartels» et pourrait être légendée par cette phrase, qu’un combattant anti-drogue aurait un jour professée au journaliste du New Yorker:

«Montre-moi une barrière de 15 mètres de haut, je te montrerais une échelle de 15,5 mètres.»

Autre histoire, celle d’un trou planqué dans un parking permettant aux camionnettes qui stationnaient de faire transiter de la marijuana sous la frontière à l’aide d’un tunnel souterrain raccordé au trou percé dans le châssis de leur véhicule.

Ou encore celle des narcotrafiquants qui blanchissent –de façon très discrète– l’argent de la drogue dans des courses de chevaux aux Etats-Unis:

«Selon les autorités, depuis plusieurs années, un cartel dépensait un million de dollars par mois dans des chevaux très chers et les entraînait à concourir. Comme l’a relaté The New York Times dans un exposé fascinant, le frère le plus âgé de Miguel Ángel Treviño Morales, numéro 2 des Zetas, dirigeait un ranch tentaculaire dans l’Oklahoma, estimé à trois cent chevaux. Il avait peut-être peur d’être découvert, mais il n’a pas agi de la sorte. Il avait appelé un de ses chevaux de course “Number One Cartel”.»

The New York Times souligne que le taux d’homicide, qui a augmenté de façon exponentielle au Mexique ces cinq dernières années, est en train de se stabiliser. Dans un article publié le 24 novembre, The Economist annoncait en effet une baisse de 7% du nombre de morts dans la guerre des cartels sur les neuf premiers mois de 2012 par rapport à 2011. Réduire le nombre de morts au Mexique, une lourde tâche qui incombe désormais au nouveau président mexicain, Enrique Peña Nieto dont l’investiture a eu lieu le 1er décembre.

France Ortelli
France Ortelli (84 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte