Monde

Sham II, le tank des rebelles syriens piloté avec une manette de Playstation

Jamal El Hassani, mis à jour le 11.12.2012 à 14 h 41

Capture d'écran de la vidéo du Sham II.

Capture d'écran de la vidéo du Sham II.

Le DIY et le système D viennent de franchir une nouvelle étape. Des rebelles syriens ont réussi à fabriquer avec les moyens du bord un tank qu'ils ont baptisé Sham II, rapporte Wired:

«Un ingénieur rebelle basé près d’Alep a passé un mois à construire le véhicule blindé autour d’un châssis de voiture transformé, y a ajouté des caméras, puis a relié une mitrailleuse à une manette de Playstation et à un écran de télévision à l’intérieur.»

Sans compter la mitrailleuse, la construction du véhicule a coûté 10.000 dollars (environ 7.700 euros).

Ce tank dont les rebelles vantent la fabrication 100% syrienne est fait d’acier léger, mesure quatre mètres de long pour deux mètres de large et est équipé d’une mitrailleuse de calibre 7.62mm, explique l’AFP, qui donne de nombreux détails sur son fonctionnement:

«Le véhicule possède cinq caméras: trois à l’avant, une à l’arrière et une autre attachée à la mitrailleuse. L’équipage est complètement protégé dans la cabine, le conducteur manœuvrant le véhicule en regardant l’écran qui affiche les images des caméras.»

Quant au tireur, il peut donc mitrailler au chaud à l’aide d’un écran et d’une manette de Playstation, avec une vue à la première personne digne d’une partie de Call Of Duty.

Wired est cependant sceptique quant à la résistance de l'engin, qui a la capacité d'encaisser de nombreux tirs mais pourrait souffrir du phénomène d’«épaufrure»:

«C’est ce qui se produit quand une partie du blindage est touchée par un projectile relativement puissant et que le blindage est assez résistant pour empêcher l’objet de le transpercer, mais est quand même touché avec assez de puissance pour subir une onde de choc qui fait se détacher des fragments de matériaux de l’intérieur. L’onde de choc propulse ensuite ces matériaux dans le véhicule à une vitesse incroyablement élevée. Cela peut être mortel pour les passagers et signifie qu’un mauvais blindage peut être pire pas de blindage du tout.»

Sham II est le sucesseur de Sham I, un véhicule du même genre déjà utilisé par les rebelles mais qui ne protégeait que le conducteur, précise l’AFP. Sham fait référence au nom antique de la Syrie.

Jamal El Hassani
Jamal El Hassani (83 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte