Monde

Colorado: deux étudiants arrêtés pour avoir donné des brownies au cannabis à leur professeur

Temps de lecture : 2 min

Plantation de marijuana au Swaziland, en 2005. REUTERS/Mike Hutchings
Plantation de marijuana au Swaziland, en 2005. REUTERS/Mike Hutchings

Etudiants du monde entier, sachez-le: droguer vos camarades de classe et votre professeur à leur insu peut vous attirer des ennuis. Le Los Angeles Times raconte dans un article du 10 décembre l’histoire de deux étudiants qui n’allaient sans doute pas avoir de très bonnes notes à leurs partiels:

«Deux étudiants de l’université de Colorado Boulder vont être jugés pour divers chefs d’accusation après que les brownies à base de cannabis qu’ils avaient apportés en classe ont envoyé leur professeur à l’hôpital et rendu malades sept de leurs camarades de classe, a déclaré la police du campus dimanche.

L’amendement 64 voté en novembre a fait de la loi du Colorado l’une des plus permissives du pays en matière de cannabis, mais Tomas Ricardo Cunningham et Mary Elizabeth Essa, âgés respectivement de 21 et 19 ans, ne pourront pas vraiment en profiter. Les deux jeunes ont été arrêtés pour avoir préparé une agression du second degré et provoqué la consommation de substances contrôlées par des moyens frauduleux.»

Le délit a été commis vendredi 7 décembre lors d’une journée où chacun devait ramener de la nourriture à partager à l’université à l’approche de la semaine d’examen. Il n'a pas été difficile de déceler la source de l’inconfort de toute la classe: Cunningham et Essa sont les seuls à avoir ramené de la nourriture, ce qui aurait dû les rendre hésitants quant à ce qu’ils étaient en train de faire.

La police affirme après avoir interviewé les deux étudiants qu’il ne s’agissait aucunement d’une erreur dans la confection des gâteaux. Le porte-parole de la police du campus, Ryan Huff, a déclaré:

«C’était préparé. Je n’appellerais pas ça un accident. Ils savaient ce qu’ils faisaient.»

Selon la police, la professeure d’histoire a été emmenée à l’hôpital par une équipe médicale. Susan Kent, qui dirige le département d’histoire, a déclaré à CBS Denver:

«Elle a perdu connaissance à plusieurs reprises, et quand les médecins sont arrivés elle n’arrivait pas à marcher. Je suis désolée que cela ce soit produit. Ça reflète des comportements irresponsables et dangereux d’étudiants, et ça a fait du mal à beaucoup de personnes inutilement.»

Deux étudiants ont été hospitalisés pour des crises d’angoisse et des vertiges, et au moins cinq autres ont eu ce que la police qualifie comme une «mauvaise réaction». Voici la vidéo de la conférence de presse donnée dimanche par la police du campus, que le Los Angeles Times décrit avec à-propos comme «une des conférences de presse les plus sinistres qu’un homme puisse donner à propos de l’herbe».

Selon 9News, les chefs d’accusation pourraient en théorie faire risquer des dizaines d’années de prison aux deux étudiants, mais étant donné l’absence d’intention malveillante de la farce, ils devraient s’en tirer avec du sursis.

Grégoire Fleurot Journaliste

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters