Hénin-Beaumont: le Conseil constitutionnel rejette le recours de Marine Le Pen

Marine Le Pen, le 17 juin 2012. REUTERS/Jean-Yves Bonvarlet.

Marine Le Pen n’aura pas droit à une seconde chance à Hénin-Beaumont: le Conseil constitutionnel a rejeté, vendredi 7 décembre, le recours de la présidente du FN, qui avait été battue de 118 voix par le socialiste Philippe Kemel dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais en juin dernier. Le FN a au passage perdu son autre dernière chance sérieuse d’augmenter son effectif (deux députés) à l’Assemblée, puisque le Conseil constitutionnel a également rejeté son recours dans la 3e circonscription des Bouches-du-Rhône.

Dans le Pas-de-Calais, où le FN dénonçait de nombreuses irrégularités, les Sages n’ont annulé que douze votes pour défaut de signature (de simples croix) sur les listes d’émargement ou pour des «différences de signature significatives» entre les listes du premier et du second tour. Même en lui retranchant ces suffrages, Philippe Kemel maintient donc une avance de 106 voix sur Marine Le Pen.

Le FN avait aussi exprimé une série de griefs sur la campagne électorale (répartition du temps de parole à la télévision, participation du candidat élu à un dîner dans un foyer pour personnes âgées, distribution de tracts litigieux…), qui ont tous été rejetés par le Conseil constitutionnel.

Marine Le Pen, qui a dénoncé auprès de l'AFP une décision «politique», se montrait optimiste, début septembre, dans Le Figaro et Le Point, sur ses chances de voir son recours être accepté, mais avait récemment fait part de ses craintes que les difficultés de l'UMP n'influencent les membres du Conseil.

Trois partielles dimanche

Celui-ci a donc aussi rejeté le recours, à Marseille, du FN Stéphane Ravier, battu avec 49% des voix par Sylvie Andrieux (apparentée PS). Le vaincu estimait que la députée avait bénéficié de «largesses» du conseil régional pour sa campagne —elle est renvoyée en mars 2013 devant le tribunal correctionnel dans une affaire de détournement de fonds publics—, mais les Sages ont estimé qu’il n’apportait aucun élément concret sur leur impact supposé sur cette campagne-ci.

Ravier dénonçait aussi le fait que Sylvie Andrieux avait utilisé sur ses bulletins et son matériel électoral le logo du PS alors que le parti lui avait retiré son soutien, mais le Conseil constitutionnel a jugé que le «large débat public» autour de cette polémique n'avait pas conduit à tromper les électeurs.

Il ne reste plus aux Sages que quinze circonscriptions litigieuses à examiner, dont trois où le FN était parvenu au second tour, mais aucune où il s'était approché de la victoire —son meilleur score était de 30% face à un socialiste à 70%...

Le Conseil constitutionnel a rejeté six autres recours, portant entre autres sur l’élection du député centriste Jean-Christophe Lagarde, de l'ancienne ministre Nadine Morano ou du président de Terra Nova Olivier Ferrand, depuis décédé. Pour l’instant, trois élections ont été annulées, le premier tour des partielles ayant lieu ce dimanche.

Photo: Marine Le Pen, le 17 juin 2012. REUTERS/Jean-Yves Bonvarlet.
Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
LU SUR...
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
À la une de Slate »
LU,VU&ENTENDU
Publié le 07/12/2012
Mis à jour le 07/12/2012 à 11h25