French pride: Astérix le Gaulois, un conte altermondialiste

A l’instar de Bilbo le Hobbit, Harry Potter ou Conan le Barbare, Astérix le Gaulois –«Asterix the Gaul» en anglais– mérite de figurer au panthéon des héros de la culture populaire, soutient Charlie Jane Anders sur le site IO9.

Pourquoi tant d’intérêt soudain pour «the little french dude with the wings on his head», littéralement «le petit gars français avec des ailes sur la tête» de la part d’une culture qui ne manque pas de héros d’heroic fantasy ou de comics?

«Astérix est une histoire dans laquelle s’accomplit le désir de voir le perdant battre les grandes armées de l’oppression» romaine, mais aussi une histoire de héros affrontant tout une série d’aventures, dans la tradition de l’Odyssée d’Ulysse et d’innombrables autres contes, poursuit IO9. Un conte qui offre aussi «un regard hyper-satirique sur des phénomènes comme la bureaucratie, la guerre, les différences culturelles, le tout avec un humour excentrique très français», juge le site.

Si Asterix the Gaul et son inséparable Obelix voient leurs prénoms respectés dans la traduction américaine, en revanche les autres personnages de l’invincible village gaulois ont été adaptés, parfois de manière surprenante:

  • Assurancetourix devient Cacophonix
  • Abraracourcix est Vitalstatistix
  • Panoramix, Getafix
  • Le chien Idefix devient Dogmatix

Comme toute histoire mythique qui se respecte, Astérix possède plusieurs niveaux de lecture. Bande dessinée naïve pour enfants tout autant que critique sociale. Ainsi quand l’armée se révèle inapte face à la potion magique de Panoramix, les Romains décident, dans l’album Obélix et compagnie, de recourir... au capitalisme, transformant le brave Obélix en redoutable marchand de menhirs et les habitants du village gaulois en entrepreneurs obsédés par l’inflation et les stratégies marketing.

Face à l'Empire tout puissant, la lutte du petit Astérix recèle donc une part de nostalgie qui séduit au-delà de la Gaule: organisés, sophistiqués et bien élevés, les Romains incarnent la modernité quand les Gaulois sont des êtres plus simples et terre-à-terre, à l’ancienne. «La potion magique permet aux Gaulois de continuer à vivre dans le passé et à résister à l’avènement de la modernité», conclut la journaliste de IO9:

«Le vrai superpouvoir d’Astérix, c’est de rester lui-même.»

Ce que symbolise le banquet final qui conclut chaque épisode de ses aventures: un monde resté identique, imperméable à la nouveauté et au changement.

Le journal ukrainien KyivPost consacre par ailleurs un article au premier héros de BD cosaque, Oles Skovoroda, qui a fait ses premiers pas en librairie cette année dans une série d’albums intitulée Daohopak. Ses auteurs espèrent faire de ce jeune héros l’Astérix des Ukrainiens:

«Les Gaulois, raconte l’un des auteurs, sont la fierté de la France. Chaque famille, qu’elle soit d’origine française ou immigrée, a un album du héros mondialement célèbre Astérix.»