Monde

Le régime syrien a rempli des bombes de gaz sarin

Temps de lecture : 2 min

Des bâtiments détruits après un raid aérien des forces pro-Assad, à Douma, Damas, le 9 novembre 2012. REUTERS/Ahmed taqi Eddin/Shaam News Network
Des bâtiments détruits après un raid aérien des forces pro-Assad, à Douma, Damas, le 9 novembre 2012. REUTERS/Ahmed taqi Eddin/Shaam News Network

L'armée syrienne est maintenant prête à utiliser des armes chimiques contre sa propre population et n'attend plus que l'ordre du Président Bachar el-Assad, selon des informations données par des membres de l'administration américaine à la chaîne de télévision NBC.

Les précurseurs chimiques du sarin, un gaz neurotoxique mortel, inodore, incolore et volatil ont été chargés dans des bombes qui peuvent être larguées sur des zones tenues par les opposants au régime. Jusqu'à mardi, les services de renseignement américains expliquaient ne pas avoir de preuve que le processus consistant à mélanger «les précurseurs», séparément inoffensifs et qui combinés créent le gaz mortel, avait commencé.

Mais, mercredi 5 décembre en fin de journée, le ton a subitement changé à Washington. «Les pires craintes se sont confirmées: les agents neurotoxiques ont été chargé dans des bombes… qui pour le moment n'ont pas encore été embarquées dans des bombardiers», écrit NBC.

Le sarin est un gaz extrêmement léthal. Le président irakien Saddam Hussein avait tué 5.000 civils kurdes à Halabja en mars 1988 lors d'un bombardement utilisant cette arme chimique dite de destruction massive.

Pour le moment, l'ordre d'utilisation de ces armes chimiques n'a pas été donné par Bachal el-Assad, mais s'il est donné «il n'y a pas grand chose que le monde extérieur puisse faire pour le stopper», a expliqué un officiel américain cité par NBC.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, s'exprimant mercredi depuis le quartier général de l'Otan, a expliqué que le régime syrien était sur le point de s'effondrer: «Nous croyons que sa chute est inévitable. La question est juste combien de personnes doivent mourir avant que cela se produise.» Hillary Clinton a également indiqué que le fait que le régime est aux abois augmente le risque qu'il utilise ces armes chimiques ou que ces armes tombent dans de mauvaises mains.

La Syrie est l'une des sept nations dans le monde qui n'a pas ratifié la Convention internationale de 1992 sur les armes chimiques qui prohibe la production, le stockage et l'utilisation de telles armes. Des bombes remplies de précurseurs chimiques peuvent être chargées sur de nombreux chasseurs bombardiers dont dispose l'aviation syrienne, dont des Sukhoi-22/20, MiG-23 et Sukhoi-24 d'origine russe. La Syrie dispose également de missiles SS-21, Scud-B et Scud-C qui sont capables de transporter des charges chimiques, jusqu'à une distance de plus de 400 kilomètres pour les Scud-C.

Signe de la tension grandissante, le porte-avions américain USS Eisenhower et son groupe de combat se sont positionnés au large des côtes syriennes après avoir traversé mardi le Canal de Suez. Ils ont rejoint le groupe d'attaque amphibie mené par le USS Iwo Jima.

En 21 mois, la guerre civile syrienne a fait 40.000 morts.

Slate.fr

Newsletters

Privé de «Davos du désert»

Privé de «Davos du désert»

La Hongrie gère la crise du logement en envoyant ses SDF en prison

La Hongrie gère la crise du logement en envoyant ses SDF en prison

Vivre dans la rue est désormais un délit passible de prison ferme dans l’ensemble du pays.

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Et son instinct lui dit que la menace du réchauffement climatique est exagérée.

Newsletters