France

Affaire Cahuzac: Mediapart publie des enregistrements, le ministre dément les accusations

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 05.12.2012 à 20 h 38

Jérôme Cahuzac, le 26 octobre 2012 à Paris. REUTERS/Charles Platiau.

Jérôme Cahuzac, le 26 octobre 2012 à Paris. REUTERS/Charles Platiau.

Au lendemain de ses accusations contre le ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac, dont il affirme qu’il a détenu un compte à la banque suisse UBS à Genève, le site Mediapart [accès payant] publie un enregistrement qu'il dit dater de l’an 2000 dont il estime qu’il prouve la véracité de ses informations.

Selon le site, cet enregistrement de près de quatre minutes a été réalisé de manière involontaire, Jérôme Cahuzac ayant rappelé «par mégarde» un correspondant avec qui il venait d’avoir une conversation, dont le répondeur aurait enregistré des propos tenus par celui qui était alors député et bientôt maire de Villeneuve-sur-Lot avec son chargé d’affaires.

Florilège des principaux propos tenus par celui que le site présente comme Jérôme Cahuzac –«sa voix, aisément reconnaissable, a été authentifiée par le détenteur de l’enregistrement, qui dit porter ce document comme un "poids" depuis douze ans et n’exclut plus aujourd’hui d’aller voir un juge», affirme le site:

«Moi, ce qui m’embête, c’est que j’ai toujours un compte ouvert à l’UBS, mais il n'y plus rien là-bas, non? La seule façon de le fermer, c’est d’y aller?»

«Ça me fait chier d’avoir un compte ouvert là-bas, l’UBS c’est quand même pas forcément la plus planquée des banques.»

«Surtout qu’il n’est pas exclu que je devienne maire au mois de mars, donc je ne tiens vraiment pas du tout à ce qu’il y ait la moindre ambiguïté.»

Mediapart, qui expliquait mardi que son enquête «s’appuie sur de nombreux témoignages et des éléments documentaires probants», affirme que Jérôme Cahuzac a clos ce compte quelques jours avant de prendre la présidence de la Commission des finances en 2010. Selon l’article publié mercredi, cela aurait été fait «à la faveur d’un discret déplacement en train à Genève».

Le site répète également que Jérôme Cahuzac a affirmé à plusieurs reprises avoir financé l’achat d’un appartement parisien d’une valeur de 6,5 millions de francs (1 million d'euros) aux deux tiers par l'emprunt, alors qu’il s’agirait en réalité d’un tiers. Le ministre délégué au Budget a publié mercredi sur son site personnel le plan de financement de cet appartement: un prêt bancaire pour 2,2 millions, un prêt de ses parents pour 1,5 million, la revente de son précédent appartement pour 975.000 euros, d’un bien de son épouse pour 570.000 euros et un apport personnel de 955.000 euros.

Mardi, Jérôme Cahuzac avait formellement démenti les informations de Mediapart, et avait annoncé le dépôt «dans les plus brefs délais» d’une plainte en diffamation contre l'auteur de l'article, Fabrice Arfi, connu notamment pour ses enquêtes sur l'affaire Bettencourt, et le directeur de la publication, Edwy Plenel. Mercredi, lors de la séance des questions au gouvernement, il a une nouvelle fois réfuté les accusations du site.

L’Elysée, le gouvernement et les députés PS ont affirmé leur solidarité avec le ministre, tandis que plusieurs élus de droite faisaient part de leur estime pour lui.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (943 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte