Monde

Un embouteillage géant paralyse les routes russes pendant un week-end

Temps de lecture : 2 min

Embouteillage à Pékin. Christina Hu / Reuters
Embouteillage à Pékin. Christina Hu / Reuters

Le titre de la chanson du groupe AC/DC [1] Highway to hell n’a peut-être jamais été aussi approprié que ce week-end en Russie.

Des milliers de voitures sont restées bloquées sur un tronçon d’autoroute entre Moscou et Saint-Pétersbourg, parfois pendant plus de deux jours, à cause de fortes chutes de neige.

The Guardian rapporte l’exaspération des chauffeurs des véhicules, l’un d’entre eux aurait déclaré à la télévision russe avoir parcouru moins de deux kilomètres en 24 heures.

Toujours d’après The Guardian, des infrastructures d’urgence ont pourtant été déployées par les autorités russes:

«Des ravitaillements ont été installés sur le trajet mais de nombreux chauffeurs se sont plaints de n’avoir jamais été approvisionnés. Ils sont aussi tombés en panne d’essence car ils devaient laisser le moteur de leur voiture en route pour garder le chauffage allumé à cause des températures inférieures à zéro.»

Les embouteillages ont commencé à se former vendredi, à la suite de très fortes chutes de neige, notamment dans la région dans la région de Tver (160 km au nord-ouest de Moscou). Les températures avoisinaient les -5°C dimanche soir. Les autorités russes espèrent que tout sera rétabli ce lundi.

Le précédent embouteillage géant célèbre s'était déroulé en Chine. Il avait duré plus de dix jours en 2010. Il s'étendait sur plus de 100 kilomètres et semblait ne pas pouvoir se résorber, quand soudain, le tronçon avait retrouvé une circulation normale, comme par «magie». Des journalistes de l’AFP s’étaient rendus sur place pour réaliser un reportage, mais ils n’avaient trouvé personne pour leur expliquer la soudaine évaporation du bouchon.

Comment se forme un embouteillage au fait? Cécile Dehesdin s'était penchée sur le sujet: les embouteillages, c'est de l'économie. Tout bêtement une histoire d'offre et de demande. Un bouchon se forme à l'instant où la demande de route libre dépasse l'offre: si 8.000 voitures se retrouvent sur une autoroute à trois voies qui ne peut contenir que 6.000 voitures, c'est le bouchon. Les embouteillages naissent donc de cette inadéquation entre l'offre et la demande. On peut toutefois les classer en trois catégories: les récurrents (qui se produisent matin et soir pour aller au travail et rentrer chez soi), ceux qui sont plus ponctuels (liés aux départs en vacances ou en week-end comme en Russie), et ceux qui naissent d'un accident de la route.

[1] Dans une première version nous avions attribué la chanson Highway to hell aux Gun's and Roses. Toutes nos excuses pour cette erreur.

France Ortelli

Newsletters

Refusée car elle est une fille, elle intente un procès à une chorale

Refusée car elle est une fille, elle intente un procès à une chorale

On ne rigole pas avec les traditions à la Staats- und Domchor de Berlin.

Comment vivent les LGBT+ au Brésil de Bolsonaro

Comment vivent les LGBT+ au Brésil de Bolsonaro

Sept mois après l'entrée en fonction de Jair Bolsonaro, les personnes LGBT+ dénoncent une homophobie d'État et s'inquiètent de leur avenir.

Une famille attaquée par un loup au Canada

Une famille attaquée par un loup au Canada

Un phénomène très rare alors que ces animaux ont davantage tendance à fuir l'homme.

Newsletters