Monde

Pétrole ou mode de vie: le dilemme des Inuits d'Alaska face aux forages en mer de Shell

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 03.12.2012 à 13 h 43

Alaska / Ramada Pacific Hotels via Flickr CC Licence By

Alaska / Ramada Pacific Hotels via Flickr CC Licence By

Après avoir investi des milliards de dollars au cours de la décennie précédente et à l’issue de longues tractations avec les autorités des Etats-Unis, la multinationale Shell Oil va commencer en 2013 des forages exploratoires au large de l’Alaska. Jusqu'à un quart des réserves d'hydrocarbures encore exploitables sur Terre pourraient être concentrées dans les eaux de l'océan Arctique.

BBC News consacre un reportage à la communauté inuite de Point Hope, petite localité du nord-ouest de l’Alaska qui s’inquiète des conséquences des forages sur son mode de vie.

80% de la nourriture consommée à Point Hope est chassée ou pêchée par les habitants eux-mêmes. La baleine boréale ou baleine du Groenland, reconnaissable à sa tache blanche sur le menton, et qui peut atteindre jusqu’à 18 mètres de long, fait partie de l’alimentation des Inuits. Or le forage en mer pourrait perturber la route migratoire des mammifères marins, les éloignant des eaux cotières où les animaux sont accessibles aux chasseurs.

Le maire de la ville, Steve Oomituk, explique:

«Nous vivons selon un cycle de vie qui n’a pas changé pendant des milliers d’années. Nous savons où les animaux arrivent. Nous savons quand ils partent au Nord, quand ils vont au Sud, c’est notre maison, notre terre, notre identité en tant que peuple».

Autre préoccupation, une marée noire comme celle de BP en 2010 dans le Golfe du Mexique contaminerait les baleines chassées par les Inuits. «Qui sait combien d'années il faudrait pour revenir à la normale, pour reprendre la chasse?» se demande un chasseur de baleines sur le site Chron qui consacre un autre reportage à la cohabitation entre les natifs d'Alaska et la compagnie pétrolière.

D’un autre côté, précise la BBC, le maire de Point Hope est conscient qu’à l’instar de tous les citoyens américains, il est dépendant des énergies fossiles pour se chauffer et se déplacer... Le forage offshore en Alaska pourrait révéler le plus gros gisement non encore exploité par l'homme. Sans oublier la possibilité de créer des emplois dans cette communauté pauvre.

«Mais est-ce qu’on veut sacrifier notre mode de vie pour que cela arrive? Faut-il mettre en danger un mode vie qui existe depuis des temps immémoriaux?», s'interroge l'élu.

Pour la première fois cet été, le conseil tribal de Point Hope a rencontré les représentants de Shell. En septembre, la société avait annoncé remettre à 2013 son exploration à la suite d’un problème sur lL'Artic Challenger, son navire «doté d'un système censé éviter tout risque de marée noire lors des forages», écrit Sciences et Avenir. Un nouveau répit de courte durée pour la communauté inuite d'Alaska...

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte