Partager cet article

Le coût énergétique d’Internet équivaut à 30 centrales nucléaires

Détail de l'infographie publiée par Wordless Tech - Capture d'écran

Détail de l'infographie publiée par Wordless Tech - Capture d'écran

Avec 2,4 milliards d’utilisateurs (deux fois plus qu'en 2007), la consommation énergétique du réseau Internet le hisse au niveau d’autres secteurs industriels, faisant du stockage de données un sujet de plus en plus préoccupant d'un point de vue environnemental.

Les data centers, où sont stockées les données partagées sur le réseau, consomment même plus d’électricité aux Etats-Unis que l’industrie automobile, selon le site Wordless Tech qui produit une riche infographie sur le coût énergétique du Net. D’autant plus que ces centres de stockage de données n’utiliseraient que 10% de leur capacité de calcul, le reste étant… gâché.

Le coût de fonctionnement énergétique d’Internet représente déjà 1,5% de la consommation globale d’électricité, ce qui représente 8,5 milliards de dollars chaque année. Et pour une analogie plus parlante, l’infographie postée par Wordless Tech montre que cette consommation équivaut à la production de 30 centrales nucléaires. Un problème qui devrait devenir plus présent à mesure que la masse de données produites augmente: en 2016, on estime que cette quantité de données sera quatre fois plus importante...

En septembre dernier, un reportage du New York Times sur la consommation d’énergie d’Internet estimait que les data centers du monde utilisaient 30 milliards de watts (dont un tiers pour les seuls Etats-Unis). Et que ce pilier de l’industrie de l’information ne cadre pas avec l’image «d’efficacité lisse et de sympathie environnementale» généralement associée aux activités du «cloud». Aux Etats-Unis, écrivait alors le New York Times, les data centers utilisent 2% de l’électricité utilisée dans le pays, selon l’analyse du chercheur de Stanford Jonathan G. Koomey.

Selon Wordless Tech, le data center de Santa Clara (Californie) de Microsoft a été listé parmi les plus gros pollueurs de la Baie de San Francisco en 2008 et 2009, le centre utilisant un générateur diesel.

Pour le site The Verge, l’article du New York Times donnait cependant une image biaisée et réductrice de l’utilité du réseau. Il faut arrêter de dire qu’Internet n’est qu’une distraction sans intérêt, estimait alors le magazine technophile. Le réseau devient aussi fondamental pour nos vies que les routes, les canalisations et le pétrole.

Ce n’est qu’ainsi qu’on pourra admettre qu’il est normal que l’usage des données et la consommation énergétique qui en découle continuent de croître. Ce qui évidemment n’implique pas de négliger la question de l’efficacité environnementale des infrastructures du réseau des réseaux. Selon Wordless Tech, les investissements dans des data centers plus économes en consommation vont augmenter de 164% dans les quatre années à venir, réduisant de 33% leur consommation d’électricité.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte