Life

Avoir des frères et soeurs change vraiment votre vie

Laure Beaulieu, mis à jour le 23.11.2012 à 12 h 42

Siblings/emerille via Flickr CC Licence by

Siblings/emerille via Flickr CC Licence by

Vous détestez votre frère/soeur ou bien vous l'adorez? Ne vous êtes vous jamais demandé(e) s'il (elle) avait eu un impact sur votre vie?

Une étude publiée en novembre 2012 dans The Proceedings of the Royal Society B s'intéresse aux effets des relations entre les frères et soeurs sur les individus. Cette étude s'appuie sur des données de l'Eglise luthérienne de Finlande qui a collecté des informations sur les naissances, les mariages et les morts aux XVIIIe et XIXe siècles. Les chercheurs résument ainsi leurs conclusions:

«L'existence de frères et soeurs plus âgés augmentent les chances de survivre jusqu'à la maturité sexuelle pour les plus jeunes(...) Après avoir atteint la maturité sexuelle cependant, l'existence de frères et soeurs de même sexe est associée à une réussite moins importante en termes de reproduction (...)»

io9 précise que dans le cas où l'on a un frère ou une soeur de même sexe, à l'âge adulte, les chercheurs ont trouvé que:

«Les individus ont un taux de mariage plus faible, ont moins d'enfants et ont des enfants plus tard dans leur vie. Les chercheurs attribuent cela principalement au rôle de la primogéniture, où le premier enfant hérite de presque tout (souvenons-nous que ce sont des données d'il y a un ou deux siècles).»

Le journaliste de Time et auteur de livre scientifique Jeffrey Kluger a publié en 2011 un ouvrage intitulé The siblings effect (l'effet des frères et soeurs), où il s'intéresse au rôle de la fratrie à notre époque. Dans une interview à Salon, donnée à l'occasion de la sortie de son livre, il expliquait l'une des conséquences dans la vie d'adulte d'avoir eu, ou pas, un frère ou une soeur du sexe opposé au sien.

«Les études montrent que quand tu regroupes des individus pour une discussion de 5 à 15 minutes comme s'ils étaient dans un speed dating, les hommes qui ont grandi avec des soeurs ont tendance à s'en sortir mieux que ceux qui ont grandi avec des frères ou qui sont des fils uniques. De la même façon, les femmes avec des frères ont tendance à s'en sortir mieux avec les hommes.»

Sur Slate.com, Emily Bazelon s'interrogeait, elle, sur le rôle dans la vie d'un enfant, puis d'un adulte, d'avoir ou non un aîné.

«Selon une nouvelle étude et les travaux sur lesquels elle est fondée, les frères et soeurs plus âgés marquent leur influence en introduisant leurs jeunes acolytes à la cigarette, la drogue, au sexe et aux armes. (...) En tant qu'adules, les frères et soeurs plus jeunes ne boivent pas plus et ont juste un peu plus tendance à fumer du hasch que les autres. Fumer des cigarettes semble en revanche être le principal effet qui dure jusqu'à l'âge adulte chez le jeune frère ou jeune soeur rebelle, sûrement car c'est addictif.»

Laure Beaulieu
Laure Beaulieu (107 articles)
soeuradultesenfantsFamillefrère
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte