Monde

Polluant, salissant, le charbon est de retour

Temps de lecture : 2 min

Charbon / Mathildalefort via Flickr CC License by
Charbon / Mathildalefort via Flickr CC License by

D'après un article publié sur le site BBC news, le charbon, accessoirement «le plus salissant et le plus polluant des combustibles fossiles», réapparaît sur le marché avec une augmentation de 6% de la production en 2010:

«Malgré l’impérieux besoin de réduire les émissions de carbone en Europe afin de baisser le réchauffement climatique ainsi que l'investissement massif chinois dans l’énergie renouvelable, la demande pour la source d’énergie la plus ancienne n’a pourtant jamais été aussi élevée.»

D'après cet article de BBC News, il y aurait trois raisons à ce retour en force:

  • 1. Le charbon n’est pas cher.
  • 2. L'augmentation de la production de gaz de schiste aux Etats-Unis, encore moins cher que le charbon, force les Américains à exporter leur charbon en Europe (il faut bien l'envoyer quelque part).
  • 3. Le prix des gaz naturels (excepté le schiste) a augmenté, faisant du charbon la source d'énergie la moins chère.

Selon le site Contrepoints, en Allemagne 23 nouvelles centrales à charbon seraient actuellement en construction, en raison de «la hausse des prix et du manque de fiabilité des énergies solaires et éoliennes». Rappelons aussi qu’Angela Merkel a planifié la sortie du nucléaire civil de l’Allemagne d’ici 2022. Un «adieu au nucléaire (qui) ressuscite le charbon», souligne la publication polonaise Wprost, traduite par PressEurop.

«L'Allemagne, ayant suffisamment réduit ses émissions de dioxyde de carbone durant les années passées, devrait pouvoir désormais les augmenter. Et pourquoi ne pas tirer son énergie du charbon, quitte à produire une énergie presque aussi polluante que celle produite par la combustion de pneus?»

Toujours d’après BBC news, Wood Mackenzie, entreprise de recherche et de conseil dans le secteur de l’énergie, affirme que la «production de charbon augmentera de 60% d’ici 2020 en Indonésie (4e producteur de charbon mondial) et que la Chine pourrait en importer un milliard de tonnes d’ici 2030, soit 5 fois plus que le niveau actuel».

Evolution de la demande pour les importations de charbon. Source: Wood Mackenzie

L’inévitable conséquence de cette augmentation de la production de charbon serait la hausse des émissions de CO2. Mais elle pourrait être évitée car la Chine développe en ce moment même des solutions pour capturer le carbone afin de limiter les émissions de CO2. Ces solutions pourraient justement être applicables aux usines de charbon.

A lire aussi sur Slate:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

» Taux de CO2 dans l’atmosphère: la lutte contre le réchauffement climatique a échoué

Newsletters

Kamala Harris, l'avenir de l'Amérique?

Kamala Harris, l'avenir de l'Amérique?

La vice-présidente des États-Unis semble en bonne voie pour devenir la candidate du Parti démocrate en 2024, mais il lui faudra réconcilier les franges progressistes et conservatrices.

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Économie, social, international, sanitaire... Qu'a accompli le président américain 365 jours après son investiture?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

L'envoi de 3.000 soldats de l'OTSC pour soutenir le régime du président Tokaïev au Kazakhstan laisse deviner les objectifs stratégiques de Vladimir Poutine.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio