Monde

Petraeus: les généraux américains vivent comme des milliardaires

Temps de lecture : 2 min

Le général Petraeus à Washington, le 29 juin 2010. REUTERS/Kevin Lamarque
Le général Petraeus à Washington, le 29 juin 2010. REUTERS/Kevin Lamarque

Quelques jours après l’annonce du scandale Petraeus, qui implique l’ancien directeur de la CIA David Petraeus, le Washington Post met en lumière un aspect de sa vie qui n’aurait pas reçu l’attention méritée: «les privilèges impériaux et le train de vie adoptés par les généraux haut gradés de l'armée américaine.»

Robert Gates, ancien secrétaire à la défense, a en effet pointé du doigt les nombreux privilèges reçus par les généraux quatre étoiles, grade le plus élevé de l’armée américaine. Ils pourraient expliquer en partie le comportement de David Petraeus.

Robert Gates explique dans le Washington Post:

«Ce sentiment que tout leur est dû et qu’ils ont un grand pouvoir pourrait dénaturer leur capacité de discernement.»

Les généraux de l’armée américaine vivent dans des palais, se déplacent en avion d’affaire, ont des chauffeurs et des agents de sécurité à leur disposition. Ils sont aidés pour porter leurs bagages ou repasser leurs uniformes. Leurs repas sont préparés par des chefs de cuisine gastronomique. S’ils souhaitent de la musique pendant les diners qu’ils organisent, leur staff peut commander un quatuor d’instruments à cordes ou une chorale.

Le Washington Post relate que les militaires reçoivent plus d’avantages et de bénéfices que n’importe quelle personne au gouvernement excepté le président. Ce train de vie pourrait contribuer à les déconnecter de la réalité. Robert Gates avoue qu'il aurait essayé de réduire ces avantages quand il a été nommé à la tête du Pentagone mais il a découvert que les sommes étaient allouées à la portion «intouchable» du budget du département de la Défense.

Newsletters

Chroniques trumpiennes: semaine du 6 au 12 juillet

Chroniques trumpiennes: semaine du 6 au 12 juillet

Aperçu hebdomadaire de la vie tweeto-mentale du président américain.

«D'un seul coup, nous sommes devenus la lie de la société»

«D'un seul coup, nous sommes devenus la lie de la société»

Comment les policiers et les policières américaines parlent de la mort de George Floyd et des manifestations qui balaient les États-Unis.

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La 13e division SS en Bosnie a généré nombre d'analyses. Le dépouillement des archives permet aux historien·nes de remettre en perspective les faits et la réalité.

Newsletters