Culture

«Nobody's business» de Rihanna avec Chris Brown va être un succès et c'est de notre faute

Temps de lecture : 2 min

Rihanna via Wikimedia Commons
Rihanna via Wikimedia Commons

Personne mieux que Rihanna et Chris Brown ne semble comprendre combien la frontière entre désir et dégoût est mince.

La plupart des gens décents trouvent le pas de deux obsessionnel et public des deux pop stars, quatre ans environ après que Chris Brown a battu Rihanna, perturbant, mais nous ne pouvons pas détourner les yeux.

Nous sommes complices de la situation, parce que nous l'encourageons. Et maintenant, cette complicité est sur le point d'atteindre un stade bien bien pire avec le nouvel album de Rihanna, Unapologetic, qui a fuité et sur lequel Chris Brown chante.

La chanson, intitulée Nobody's business (ça ne regarde personne, ce ne sont pas vos affaires), a un gros potentiel. Les gens, elle est entraînante:

Et comme pour narguer les plus de 30 ans prêts à désapprouver en gloussant, la chanson emprunte son esthétique au R&B que ceux qui ont grandi dans les années 1980-1990 connaissent si bien. Elle a un son house qui aurait parfaitement cadré dans n'importe quel club en 1991 et Chris Brown imite sans vergogne le style de Michael Jackson. Je l'ai écoutée trois fois et je ressens déjà le besoin de l'entendre à nouveau.

Inutile de dire que cela va déclencher un nouveau cycle d'interrogations publiques sur pourquoi Rihanna revient sans cesse vers Chris Brown alors qu'elle sait qu'il représente un danger. La réponse se trouve dans la question.

J'ai déjà écrit sur ce sujet ailleurs, mais quand on parle de violences domestiques et que l'on demande pourquoi la victime reste, ce qu'elle entend c'est que nous pensons qu'elle est stupide et faible. Cela pousse de nombreuses victimes à devenir méfiantes, à rester avec leur agresseur dans le but de prouver qu'elles sont tout à fait capables de prendre leurs propres décisions, merci, et que lui peut changer. Elles se lient plus fortement avec leur agresseur, ayant l'impression qu'il est le seul à pouvoir comprendre leur amour.

Je ne sais pas ce qui se passe dans la tête de Rihanna, mais ces actes sont une manifestation très publique de ce que de nombreuses victimes de violences domestiques ressentent quand elles sont encore coincées dans leur relation toxique.

Elle laisse peut-être parler son cœur ou alors elle fait le show. Dans tous les cas, c'est pénible. Et si nous, public, voulons arrêter d'inciter au déraillement, il n'y a qu'une chose à faire: arrêter d'utiliser leurs relations pour nous titiller à pas cher. GQ, je te regarde...

Amanda Marcotte

Traduit par Cécile Chalancon

Amanda Marcotte Journaliste

Newsletters

Dans le futur, il ne restera de Griezmann et Pogba que des vitraux dans des églises

Dans le futur, il ne restera de Griezmann et Pogba que des vitraux dans des églises

C’est la vision que l’art contemporain m’a donnée du football à travers l’exposition «Par amour du jeu» aux Magasins généraux.

Faut-il encore défendre le rap?

Faut-il encore défendre le rap?

Cela fait trente ans que certains acteurs du milieu rap tentent d’expliquer ce qu’est réellement cette musique, devant des gens qui ne veulent rien entendre dans le but de servir une idéologie. La polémique sur Médine en est un nouvel exemple.

Quand les actrices cédaient leurs corps et leur vie personnelle aux studios

Quand les actrices cédaient leurs corps et leur vie personnelle aux studios

En devenant une industrie, Hollywood s'est structuré en studios, avec le corps des femmes, actrices malléables à volonté, comme valeur marchande, et avec les avortements forcés, le «slut shaming» ou le chantage comme outils de coercition.

Newsletters