Culture

Les meilleurs albums de tous les temps selon Kurt Cobain

Temps de lecture : 2 min

Nevermind, by Nirvana / Guille.17 via FlickrCC License by
Nevermind, by Nirvana / Guille.17 via FlickrCC License by

Une question revient très souvent lors des interviews des plus grands chanteurs, groupes ou musiciens: «Qu’écoutez-vous?» Si vous aimez Kurt Cobain, vous allez être servis: il existe une liste des albums préférés de Kurt Cobain, baptisée «Top 50 by NIRVANA».

Cette liste, écrite à la main par l’emblématique leader du groupe Nirvana était parue en 2002 dans Le Journal de Kurt Cobain, une collection d’écrits et de dessins que le chanteur a rédigés entre 1988 et 1994, mais elle était passée un peu inaperçue, à part chez les fans. C’est le site de news culturelles Flavorwire qui vient de la déterrer.

On remarquera que la liste est essentiellement constituée d'artistes méconnus ou cultes (Young Marble Giants, Vaselines, Raincoats, Daniel Johnston...) et que, quand il choisit un groupe connu, Cobain ne prend généralement pas son album le plus réputé: Green pour R.E.M., Meet the Beatles pour les Fab Four, Combat Rock pour The Clash ou encore The Man Who Sold The World pour Bowie, dont Nirvana avait repris un titre lors de son concert unplugged.

Plus étonnant, Kurt Cobain semblait apprécier le hip-hop puisqu’on note la présence en 43e position des pionniers Public Enemy avec It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back.

Voici le Top 50 de Kurt Cobain:

Jamal El Hassani Journaliste

Newsletters

Vous souvenez-vous de Pigalle avant la gentrification?

Vous souvenez-vous de Pigalle avant la gentrification?

Dans son documentaire «Le Pigalle, une histoire populaire de Paris», David Dufresne revient sur l'époque où ce quartier n'avait pas encore subi le lissage de la gentrification.

Ces idées façonnées par le langage

Ces idées façonnées par le langage

Parce que les mots évoluent en même temps que les sujets qu'ils décrivent, ils reflètent la transformation des idées qui traversent la société.

«M», qui fut maudit, mais ne l’est plus

«M», qui fut maudit, mais ne l’est plus

Le film de Yolande Zauberman accompagne avec exigence et émotion le retour d’un homme là où il fut violenté dans son enfance. Et c’est un monde qui s'ouvre sous leurs pas.

Newsletters