France

The Economist va-t-il remettre une couche de french bashing?

Temps de lecture : 2 min

Le magazine anglais The Economist «va se pencher sur le cas de la France à l’occasion d’un dossier spécial, à paraître le 17 novembre 2012», écrit sur son site le magazine du monde de la communication et de la publicité, CB News.

Le dossier, intitulé «So much to do, so little time», risque de faire parler de lui. Illustré par une photo du palais des Glaces à Versailles, le dossier de l'hebdomadaire suggère que le faste de la France est bel et bien derrière nous, notent Les Echos. Rue89 a par ailleurs publié la une de ce numéro —«Une bombe à retardement au coeur de l'Europe»— ainsi que des extraits du dossier.

Une communication de lancement bien orchestrée, puisqu'elle s'accompagne d'une campagne d'affichage animée par l'agence CLM BBDO, qui décline le «concept» sur plusieurs visuels et supports (affichage print et numérique, bannières web, lingettes distribuées dans les trains Thalys et Eurostar).

Visuels de la campagne: «Sachez enfin ce que les autres pensent de vous (même si vous vous en moquez)»

The Economist promet une analyse approfondie de l'économie française. Le magazine n'en est pas à sa première une polémique sur la France. Pendant la campagne présidentielle française, son détournement du Déjeuner sur l'herbe de Manet qualifiant la présidentielle d'«élection la plus frivole des pays de l'Ouest» avait déjà connu un certain retentissement.

Dans un précédent numéro, l'hebdomadaire britannique a soutenu Barack Obama sans enthousiasme, critiquant Mitt Romney en le comparant à... François Hollande.

«François Hollande, le nouveau président français célèbre pour sa malléabilité, était supposé être trop pragmatique pour introduire un taux marginal d’imposition à 75%, et pourtant il est en train de le faire à toute vapeur. Nous ne nous sommes pas fait duper par la gauche française; nous ne voyons pas de raisons qui rendraient la droite américaine plus flexible. Mr Romney, comme Mr Hollande, aura son parti derrière lui –et l’habitude de longue date de lui céder.»

Article mis à jour le jeudi 15 novembre à 16h45. Une précédente version attribuait à tort la une du numéro de The Economist au visuel sur fond rouge présenté ci-dessus. Il s'agissait en réalité d'un visuel publicitaire accompagnant ce numéro.

Jean-Laurent Cassely Journaliste

Newsletters

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Charles Aznavour est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans. Après Edith Piaf, il était sûrement le chanteur français le plus connu à l’étranger. Pour Slate.fr, Bertrand Dicale, auteur de Tout Aznavour (First Editions) ...

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Newsletters