Monde

Comment prouver qu'un jumeau a tué son frère?

France Ortelli, mis à jour le 14.11.2012 à 17 h 55

Crime Scene / Alan Cleaver via Flickr CC License By

Crime Scene / Alan Cleaver via Flickr CC License By

La particularité génétique des jumeaux: ils ont le même ADN. Si l’un est suspecté d’avoir tué l’autre, comment trouver des preuves matérielles sur le lieu du crime? C’est la question posée par le Washington Post qui revient sur un fait divers survenu à Columbia aux Etats-Unis en 2007.

Wasel et Wael sont nés le 16 mars 1988 à Khartoum (capitale du Soudan) à 15 minutes d’écart. Une seule lettre de leur prénom permettait de les différencier.

D’après le Washington Post, les deux jumeaux étaient inséparables:

«Ils avaient grandi ensemble: ils dormaient dans le même lit, étaient malades au même moment, récitaient les mêmes prières à la mosquée, s’étaient enrôlés dans l’armée le même jour. Leur visage, leurs cheveux courts, leurs corps mince et athlétique –et surtout leur ADN– étaient interchangeables.»

En 2007, Wasel a été retrouvé mort sur une aire boisée, à 3 km de son lieu de travail, un centre commercial où il était vendeur dans une boutique de vêtements. D’après le site Abc2news, la police possédait une vidéo de surveillance des deux frères ensemble dans le centre commercial, quelques heures avant le meurtre et aucun alibi pour Wael.

Puis quatre ans se sont écoulés, pendant lesquels la police a enquêté. Ce n’est qu’en 2011 que Wael a été accusé, arrêté et incarcéré. Entre-temps, il s’était inscrit à la fac en section «criminologie».

Wael avait aussi créé une page Facebook en hommage à son frère défunt sur laquelle on peut lire:

«Tu es toujours mon frère, tu nous manqueras à jamais.»

D’après le rapport d’autopsie, Wasel aurait été asphyxié. Durant le procès de Wael, en avril 2012, les enquêteurs ont tenté de démontrer devant la cour que la seule personne capable de l’étouffer à mort de ses propres mains ne pouvait être que son frère jumeau.

Mais 11 jurés sur 12 l’ont jugé non coupable pour manque de preuves et défaut d’empreintes ADN. Le juge a déclaré qu’il y avait eu une «erreur judiciaire». Wael a donc été relâché. Mais le juge a précisé que l’affaire ne serait pas classée.

Dominique Bourget, psychiatre canadien en milieu carcéral, avoue dans le Washington Post s‘être penché sur seulement deux cas de ce type en 20 ans.

Selon le Washington Post, seuls 107 fratricides sur environ 13.000 meurtres ont été recensés en 2010 aux Etats-Unis par le FBI. Dont aucun meurtre de jumeaux.

France Ortelli
France Ortelli (84 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte