Culture

Gif, élu mot de l'année aux Etats-Unis

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 13.11.2012 à 13 h 09

Gif «Garfield - Yo One Cool Cat Thanx» sur le blog Le monde des gifs (capture d'écran)

Gif «Garfield - Yo One Cool Cat Thanx» sur le blog Le monde des gifs (capture d'écran)

Chaque année, les lexicographes des dictionnaires d’Oxford University Press traquent les mots qui reflètent le mieux l’air du temps, les intègrent dans leurs dictionnaires et élisent un mot de l’année.

En 2012, écrit le site Betabeat, ils ont choisi d’accorder ce privilège au «Gif», l’acronyme de «Graphic Interchange Format» –«format d'échange d'images»–, un fichier d’image numérique inventé en 1987.

Le Gif permet de créer facilement des diaporamas d’images –des Gif animés– qui tournent en boucle sur les sites Internet, un peu comme ça:

L’appellation «Gif» fait d’ailleurs souvent référence à cette forme animée du fichier qui fait se succéder plusieurs images pour créer des animations.

Véritable star du web depuis les origines, le Gif est le symbole du kitsch des premiers sites web persos de la fin des années 1990. On l’utilisait ainsi comme un bouton servant à contacter le webmaster, ce qui donnait la plupart du temps d’ignobles animations:

En 2012, note l’équipe d’Oxford dictionnary Press, le Gif a connu un retour en grâce et surtout une utilisation en temps que verbe.

crédit: The Atlantic Wire
  • Enfin une vague de Tumblr parodiant les métiers est entièrement consacrée au détournement de courts gifs issus de séquences de films. Exemple avec les stagiaires.

En 2009, l’équipe américaine des dictionnaires Oxford avait déjà rendu hommage à la culture web en choisissant «unfriend», littéralement défaire l’amitié, en référence au bouton Unfriend du réseau social numérique Facebook.

Cette année, elle a préféré «Gif» à «Eurogeddon», potentiel effondrement financier de l’Eurozone (de Euro+(arma)geddon), «Superstorm», ou super-tempête en référence à l’ouragan-tempête Sandy, ou encore «Nomophobia», l’anxiété qui s’empare de nous à l’idée de nous retrouver sans notre téléphone mobile (de No+Mo(bile)+phobie).

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte