Monde

Swing states, blue states, red states, à quoi ressembleraient des élections à l'américaine en Chine?

Jamal El Hassani, mis à jour le 12.11.2012 à 14 h 00

 Xi Jinping pendant une conférence de presse avec le président roumain à Bucharest, le 19 octobre 2009. REUTERS/Bogdan Cristel

Xi Jinping pendant une conférence de presse avec le président roumain à Bucharest, le 19 octobre 2009. REUTERS/Bogdan Cristel

Le 18e congrès du Parti Communiste Chinois s’est achevé, portant une nouvelle génération de leaders à la tête du pays avec le renouvellement du Politburo et la nomination de Xi Jinping comme secrétaire général du parti et président de la République Populaire de Chine.

Mais les internautes chinois se sont détournés de la politique nationale au profit des élections américaines qui ont vu Barack Obama l’emporter sur Mitt Romney. La comparaison entre Chine et Etats-Unis était inévitable et les Chinois se sont donc demandé sur Internet ce qu’aurait donné une élection démocratique entre le Parti Communiste Chinois (PCC) et le Kuomintang (KMT), rapporte The Atlantic. Le KMT est le parti nationaliste chinois de Tchang Kaï-check qui dominait la vie politique entre 1928 et 1949 dans un régime de parti unique avant d’être chassé du pouvoir par les communistes et Mao, forcé de se replier sur l’île de Taïwan où il est toujours au pouvoir.

Une des hypothèses de résultats électoraux en Chine sur le réseau social Weibo.

La perspective d’élections démocratiques a enthousiasmé les internautes sur Sina Weibo (le Twitter chinois) qui ont massivement participé aux discussions sur cette élection virtuelle basée sur le système électoral américain. Quelques précisions de The Atlantic:

«L’ “élection” a vraiment commencé le 8 Novembre quand un intellectuel populaire —@假装在纽约 s’est demandé, “en faisant semblant d’être à New-York”, ce qu’il se passerait si la Chine organisait une élection démocratique.

Il a écrit à ses 200.000 followers:

“Si la Chine tenait aussi une élection nationale, Zhejiang, le lieu de naissance de Tchang Kaï-check, Fujian, et Taïwan seraient à coup sûr bleus [pour le KMT], tout comme les provinces côtières du Sud-Est; le Nord et le Nord-Est de la Chine et d’autres bases révolutionnaires du PCC  seraient certainement rouges; le Cente-Ouest et le Sud-Ouest seraient de véritables swing states”.»

Le plus étonnant, relève The Atlantic, est que les autorités chinoises –qui étaient forcément au courant de ces discussions grâce à leurs outils de surveillance et de censure du web –ont laissé les discussions aller bon train. On pouvait ainsi lire des commentaires d’internautes se déclarant ouvertement en faveur d’élections libres en Chine, soutenant le KMT et vantant le modèle politique Taïwanais, l’ennemi idéologique historique du parti communiste pendant et après la guerre civile.

Les Chinois se sont passionnés pour les élections américaines sur les réseaux sociaux, rapporte Los Angeles Times. Les internautes chinois soutiennent d’ailleurs largement Barack Obama comme l’ont montré plusieurs sondages réalisés sur Internet. Mais comme le signale le blog China News Report, d’autres internautes étaient beaucoup plus critiques envers les élections américaines, moquant «les files d’attente de 7 heures» pour aller voter et vantant le modèle de stabilité chinois, qui a permis au pays de «distancer les Etats-Unis ces 10 dernières années.»

Un autre blogueur tente d’expliquer l’engouement des chinois pour les élections américaines en comparant le phénomène à du porno:

«Les films pornos sont populaires pour la même raison. Vous voulez le faire mais vous ne pouvez pas donc vous vous contentez de regarder les autres.»

 

Jamal El Hassani
Jamal El Hassani (83 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte