Life

Pourquoi tout le monde voudrait avoir un prénom unique

Temps de lecture : 2 min

hello my name is Dani / Dani P.L. via Flickr CC Licence By
hello my name is Dani / Dani P.L. via Flickr CC Licence By

Avons-nous conscience de la fréquence de notre propre prénom? Manifestement, non. Comme le relate le blog Research Digest du site de la British Psychological Society, le professeur de psychologie John Kulig a demandé à 153 étudiantes et 94 étudiants de noter la rareté de leur prénom sur une échelle allant de 0 à 100. L’échelle proposait 9 prénoms-balise, placés aux niveaux appropriés en fonction de leur fréquence réelle sur le registre de l’université. Un groupe test a parallèlement noté les prénoms des intéressés sur la même échelle. Or, les étudiants testés ont estimé que leurs prénoms étaient plus rares que les estimations du groupe test... et que la fréquence réelle.

C’est ce que le chercheur appelle «l’effet prénom unique», un besoin qu'ont les gens de se sentir spéciaux, uniques. Les étudiants dont le prénom est plus rare se sont déclarés plus heureux de leur prénom. Et parmi ceux qui ont admis avoir pensé à changer le leur, la motivation principale était d'avoir un prénom plus rare.

Dernièrement, plusieurs recherches se sont penchées sur le «nominative determinism» ou le déterminisme du (pré-)nom, une hypothèse que défendent plusieurs chercheurs en psychologie et qui associe au prénom ou au nom de l'individu une probabilité donnée de réussir professionnellement, d'être heureux, d'être en bonne santé ou de trouver un conjoint...

Un article synthétique sur ces recherches paru en 2008 dans la revue britannique The psychologist en résume les résultats récents. Des études ont montré que la place occupée par les économistes dans l’alphabet avait une influence sur leur notoriété et sur leur réussite professionnelle dans le monde académique. La raison? Dans les revues où les auteurs d’un article collectif sont présentés par ordre alphabétique, ceux dont les noms de famille évoluent dans les premières lettres de l’alphabet sont placés en premiers.

Autre exemple de déterminisme nominal, des études montrent que ces noms de famille de début d’alphabet recueillent quelques minutes supplémentaires d’attention de la part des équipes médicales lors de réunions sur les patients.

En observant le destin sentimental d’utilisateurs du site de rencontres eDarling en Allemagne, des chercheurs ont montré en 2011 que les personnes qui avaient un prénom jugé démodé par les participants, comme «Kevin» ou «Chantal», avaient beaucoup plus de probabilité d’être rejetés par les autres utilisateurs…

Reste que la relation logique qui attribue au prénom un facteur explicatif est plus que douteuse. Le sociologue et blogueur Baptiste Coulmont a classé les prénoms par taux de mention «très bien» obtenue au bac en 2012. Mais cette liste de prénoms à mention renseigne bien plutôt sur le niveau social des parents et en particulier leur niveau de diplôme, que sur le pouvoir magique du prénom sur le destin scolaire de leurs enfants, comme nous l'expliquions dans un précédent article.

Jean-Laurent Cassely Journaliste

Newsletters

Comment mesure-t-on l'indice de la crème solaire?

Comment mesure-t-on l'indice de la crème solaire?

Indice 70, indice 20, indice 5... Qu'est-ce qui fait la différence?

Freud sur le bout de la langue

Freud sur le bout de la langue

Comment les concepts et réflexions du père de la psychanalyse ont imprégné une langue et y sont restés nichés.

La nouvelle tablette de Microsoft pourra-t-elle remplacer votre ordi portable?

La nouvelle tablette de Microsoft pourra-t-elle remplacer votre ordi portable?

Il y a un mois environ, délaissant le petit pour le gros, Microsoft a dévoilé sa Surface Pro 3, soit sa tablette la plus grande et la plus impressionnante de son histoire. Avec un écran de 12 pouces (!) et une fourchette de prix allant de 799€ à...

Newsletters