Monde

Israël: des tirs de sommation contre la Syrie

Cécile Chalancon, mis à jour le 11.11.2012 à 14 h 13

Tirs sur le village syrien de Bariqa, le 7 novembre 2012. REUTERS/Baz Ratner

Tirs sur le village syrien de Bariqa, le 7 novembre 2012. REUTERS/Baz Ratner

C'est une première depuis 1973 et la guerre du Kippour.

L'armée israélienne procède ce dimanche 11 novembre à des «tirs de sommation» en Syrie, selon Radio Israël, reprise par Reuters. L'agence de presse précise que l'état-major de l'armée israélienne a confirmé qu'elle avait procédé à ces tirs après qu'un obus de mortier, tiré lors d'affrontements entre rebelles et forces fidèles à Bachar al-Assad, s'est accidentellement abattu sur le plateau du Golan occupé.

Haaretz rappelle que le ministre israélien de la Défense, Ehud Barack avait prévenu cette semaine qu'Israël risposterait si la Syrie continuait à tirer sur le Golan, «soulignant que les préoccupations internationales au sujet de la guerre civile en Syrie pourraient déclencher un conflit régional plus large».

Selon le quotidien israélien, cette frappe s'inscrit dans une évolution de l'aatitude d'Israël face au conflit syrien: 

«Israël a essayé de rester en dehors de l'insurrection syrienne qui dure depuis 19 mois, étant peu enclin à se laisser entraîner dans une nouvelle guerre et ne sachant pas clairement si une Syrie post-Assad pourrait ou non se révéler plus hostile. Mais Barack a déclaré la semaine dernière qu'il espérait que les reblles allaient gagner, qu'Assad tomberait et qu'“une nouvelle étape dans la vie de la Syrie allait commencer”.»

Comme le rappelle le Figaro, «la Syrie est officiellement en état de guerre avec Israël, qui lui a pris lors de la guerre des Six-Jours en 1967 une partie du plateau du Golan. Depuis un accord conclu entre les deux pays en 1974, 1.200 membres non armés de la Force des Nations unies chargée d'observer le dégagement (FNUOD) patrouillent dans la zone de séparation, d'une largeur de 3 à 6 km».

La guerre des Six-Jours (du 5 au 10 juin 1967) avait opposé Israël à une coalition de pays de la Ligue arabe (Egypte, Jordanie, Syrie et Irak). Cette guerre avait été déclenchée par l’Etat hébreu comme «une attaque préventive», à la suite, entre autre, du blocus du détroit de Tiran, imposé par l'Egypte aux navires israéliens, le 23 mai 1967.

A la suite de la guerre de 1967, Israël avait pris le contrôle du Sinaï, de la bande de Gaza, de la Cisjordanie, de Jérusalem-Est et du Golan.

Le 6 octobre 1973, éclatait la guerre de Kippour. Les armées arabes d’Egypte et de Syrie attaquant Israël par surprise le jourdu Grand Pardon (Kippour) chômé en Israël. L’attaque est stoppée et Tsahal réussit à repousser les armées égyptiennes et syriennes. La guerre prend fin le 24 octobre 1973.

A lire également sur Slate.fr:
Syrie, Turquie, Iran, Israël... qui a un intérêt à l'embrasement régional?

Cécile Chalancon
Cécile Chalancon (99 articles)
Editrice à Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte