Monde

L'élection de Barack Obama: une bonne nouvelle pour la conquête spatiale

Temps de lecture : 2 min

Moon Dreams / Steve Jurvetson via FlickrCC License by
Moon Dreams / Steve Jurvetson via FlickrCC License by

Inquiète de voir ses financements amputés par un Mitt Romney qui souhait reconsidérer l’intérêt d’un financement public des missions spatiales, la Nasa est rassurée de voir Barack Obama réélu et a annoncé d’ambitieux projets, lit-on sur space.com.

D’abord le retour sur la Lune, annonce la Nasa sur son site. Grâce à un nouveau vaisseau d’exploration, qui pourrait tout aussi bien servir à aller sur la Lune, sur Mars ou à ravitailler la Station spatiale internationale, les astronautes pourraient rester six mois sur la Lune, au lieu de quelques jours comme lors de la première mission Apollo sur la Lune:

«Avec un minimum de deux missions lunaires par an, nous arriverons rapidement à établir un avant-poste permanent. Les équipes resteront plus longtemps et apprendront à exploiter les ressources de la Lune, alors que des vaisseaux feraient le voyage pour livrer des cargaisons. A terme, le nouveau système pourrait faire tourner des équipes de et vers l’avant-poste lunaire tous les six mois.»

La Nasa a d’autres projets très ambitieux depuis le succès de la mission de la sonde Curiosity sur Mars: la sonde Juno, qui dans cinq ans se mettra en orbite autour de Jupiter, une mission interstellaire de 100 ans, une autre envoyant des astronautes sur un astéroïde d’ici 2025 mais surtout le commencement de missions humaines vers Mars au milieu des années 2030.

Toutes ces nouvelles missions sont rendues possibles grâce à de nouvelles technologies qui vont permettre aux astronautes d’aller jusqu’à Mars, en s’entraînant d’abord sur des distances intermédiaires, explique space.com:

«En 2010, le Président Obama demandé à la Nasa de travailler à l’envoi d’astronautes sur un astéroïde proche de la terre d’ici 2025, puis dans les environs de Mars avant le milieu des années 2030. Pour atteindre des destinations aussi éloignées, l’agence développe une énorme fusée appelée le Système de Lancement Spatial (SLS) et une capsule d’équipage nommée Orion.

Mais les astronautes ne vont probablement pas se diriger directement vers un rocher lorsque SLS et Orion seront prêts à voler ensemble en 2021. L’an dernier, le bruit a commencé à courir que la Nasa voudrait explorer Terre-Lune L2, un point de l’espace qui se trouve derrière la face cachée de la Lune, pour commencer (...) Donc la Nasa (et peut-être ses partenaires internationaux) peut en apprendre plus sur l’assistance aux humains dans l’espace lointain.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Newsletters

Kamala Harris, l'avenir de l'Amérique?

Kamala Harris, l'avenir de l'Amérique?

La vice-présidente des États-Unis semble en bonne voie pour devenir la candidate du Parti démocrate en 2024, mais il lui faudra réconcilier les franges progressistes et conservatrices.

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Économie, social, international, sanitaire... Qu'a accompli le président américain 365 jours après son investiture?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

L'envoi de 3.000 soldats de l'OTSC pour soutenir le régime du président Tokaïev au Kazakhstan laisse deviner les objectifs stratégiques de Vladimir Poutine.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio