Life

La Roumanie utilise le prince Charles et Dracula pour stimuler le tourisme

Laure Beaulieu, mis à jour le 08.11.2012 à 8 h 50

 Château de Bran en Roumanie, mai 2009. Horia Varlan via Flickr CC License by

Château de Bran en Roumanie, mai 2009. Horia Varlan via Flickr CC License by

L'Office du tourisme national roumain a bien l'intention d'utiliser le lien au maximum: le prince Charles d'Angleterre est un descendant très éloigné de Vlad III, chef de guerre roumain du XVe siècle, surnommé Vlad Tepes («l'Empaleur»), qui a inspiré le personnage du comte Dracula au romancier Bram Stoker.

Le Telegraph rapporte que, lors du World Travel Market 2012 à Londres, l'Office du tourisme national roumain a mis en avant ce lien dans sa brochure et a utilisé une vidéo dans laquelle le prince Charles affirme:

«La généalogie montre que je suis un descendant de Vlad l'Empaleur, c'est comme si je détenais une part du pays.»

Chaque année, plusieurs milliers de personnes visitent le château de Bran, associé à Vlad III et donc à Dracula en Roumanie. Maria Lordache, directrice de l'Office du tourisme national roumain en Angleterre, a expliqué au Telegraph que 118.000 touristes anglais s'étaient rendus en Roumanie en 2001.

Elle a ajouté que «cela sera plus en 2012. Nous avons vu une augmentation de 7% des visiteurs britanniques au premier trimestre, qui est traditionnellement une période assez calme pour le tourisme en provenance d'Angleterre».

Au-delà de ces liens lointains entre le prince et Dracula, la Roumanie peut s'appuyer sur le soutien et l'intérêt de l'héritier du trône pour le pays.

Comme le rapporte le Daily Mail, ce dernier s'est engagé pour défendre les forêts de la région de Transylvanie. La vidéo utilisée par l'Office du tourisme national de Roumanie est d'ailleurs issue du documentaire, diffusé l'année dernière outre-Manche, où il s’engage pour la protection de ces forêts.

Il a par ailleurs acquis «une maison de cinq chambres dans le village de Zalanpatak, dont on dit qu'il a été créé par un de ses ancêtres transylvaniens», précise le Telegraph, et possède deux autres propriétés dans le pays.

Le prince Charles est enfin à la tête du Mihai Eminescu Trust, une organisation caritative qui «travaille à la restauration de l'héritage culturel, l'économie et la nature des villages saxons de Transylvanie et leurs environs», ajoute le Telegraph.

Le fils de la reine Elizabeth aurait qualifié la Transylvanie de «trésor national» pour la Roumanie, selon CBS News, en raison de sa campagne préservée et de ses traditions agricoles vieilles de plusieurs siècles.

Laure Beaulieu
Laure Beaulieu (107 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte