Monde

Kim Dotcom, le fondateur de Mega Upload, veut proposer gratuitement Internet aux Néo-Zélandais

Jamal El Hassani, mis à jour le 06.11.2012 à 11 h 22

Kim Dotcom devant le Palais de justice d'Auckland, le 29 février 2012. REUTERS/Simon Watts.

Kim Dotcom devant le Palais de justice d'Auckland, le 29 février 2012. REUTERS/Simon Watts.

Internet bientôt gratuit en Nouvelle-Zélande? C’est le projet du sulfureux Kim Dotcom, le fondateur du site de streaming et de téléchargement MegaUpload, rapporte The Guardian.

Son site MegaUpload a été fermé par le FBI qui l’accuse d’avoir permis l’échange de films, musique et autres produits sous copyright et demande à la Nouvelle-Zélande son extradition. En janvier dernier, la police a mené un raid chez lui et l’a arrêté «pour le compte du FBI». Son procès devait décider de son extradition ou non vers les Etats-Unis mais une décision de justice a déclaré l’assaut contre sa maison ainsi que son arrestation illégales. Il a été libéré sous caution en février.

Alors qu’une nouvelle audience au sujet de son extradition l’attend en mars, Kim Dotcom «s’est lancé dans une sérieuse campagne afin de courtiser l’opinion publique dans son pays d'adoption», explique The Guardian.

Quel meilleur moyen pour gagner les faveurs des foules que de proposer un Internet plus rapide et gratuit pour tous les citoyens? Kim Dotcom veut faire passer un second câble de fibre optique à travers le pacifique jusqu’aux Etats-Unis, ce qui doublerait la bande passante néo-zélandaise, explique The Guardian:

«Dotcom propose de fournir gratuitement de la bande passante aux particuliers, faisant uniquement payer les entreprises et les gouvernements, rapporte the New Zealand Herald. Sa part du capital serait fournie par (l’argent) des procès (en cours) contre le gouvernement américain et les studios de cinéma pour leur “destruction illégale et politique” de son entreprise, déclare-t-il.»

Avec ce projet de second câble, Kim Dotcom promet d’apporter un nouveau modèle économique à la Nouvelle-Zélande, rapporte The Independent:

«Ici, vous avez de l’énergie propre et pas chère. L’électricité devient le plus gros coût pour les centres de données partout dans le monde. Avec son propre câble, de l’électricité et une connectivité peu chères, la Nouvelle-Zélande pourrait attirer les entreprises du web étrangères. Malheureusement, le gouvernement actuel veut investir dans plus de routes goudronnées. Dans 10 ou 15 ans, la plupart des gens travailleront et feront leurs courses de chez eux. Vous n’avez pas besoin de goudron, vous avez besoin de fibre optique!»

Kim Doctom a également annoncé le lancement du successeur de MegaUpload, appelé Mega, et qui devrait fonctionner de manière similaire mais serait conçu pour être conforme aux lois américaines.

Jamal El Hassani
Jamal El Hassani (83 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte