Monde

@ComfortablySmug, le compte Twitter responsable des fausses infos sur Sandy

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du compte Twitter de @ComfortablySmug
Capture d'écran du compte Twitter de @ComfortablySmug

Sandy la «Superstorm» a causé l’inondation de toute la partie basse de Manhattan et des rives de Brooklyn. Effet secondaire: l’inondation des réseaux sociaux avec autant d’intox que d’info. C’est le risque du genre.

Sur Twitter, la blague se confond avec le sérieux. Le problème, c’est que certains comptes, réputés fiables, en profitent pour relayer des fausses informations.

Laissez-moi vous présenter @ComfortablySmug (littéralement: « confortablement prétentieux»). Je l’ai rencontré lundi, au hasard d’un tweet sur l’inondation (fausse) de la Bourse de New York.

@ComfortablySmug a plus de 6.000 followers, dit travailler dans la finance et soutenir Mitt Romney sur son profil. En réalité, il s'appelle Shashank Tripathi, il est analyste financier et le manager de campagne de Christopher R. Wight, le candidat républicain de la 12e circonscription de New York à la Chambre des Représentants.

Sur Buzzfeed, Andrew Kaczynski ajoute que @ComfortablySumg a tweeté dans le passé qu'il prenait un verre avec le rédacteur en chef adjoint de Business Insider, Joe Wiesenthal. Il a également rencontré le rédacteur en chef de Buzzfeed, Ben Smith.

Suivi par des journalistes qui respectent son jugement, @ComfortablySmug a manifestement décidé de s’amuser un peu lundi en lançant une série de fausses rumeurs.

Toutes ces fausses informations étaient qualitifées d'«URGENT», «BREAKING» en anglais, une manière d'annoncer une information qui vient de sortir et qui n'a pas encore été publiée.

Deux de ses fausses annonces ont été retweetées plus de 600 fois. Ainsi, selon son compte, Con Edison aurait coupé l’électricité dans tout Manhattan hier (Con Edison a immédiatement démenti), le gouverneur de New York Andrew Cuomo aurait été bloqué dans la City, et bien entendu, la Bourse aurait été inondée.

La plupart de ces fausses informations ont été rapidement démenties. Mais certaines chaînes de télévision, comme CNN ou le Weather Channel, ont quand même parlé du New York Stock Exchange sous l’eau.

(via Buzzfeed)

Les raisons pour lesquelles le prétentieux confortable a relayé tant de fakes n’est pas claire. D’une part, il a aussi tweeté beaucoup d’informations justes. D’autre part, il n’a pas hésité à s’auto-démentir à plusieurs reprises, personnellement ou en retweetant des sources qui rétablissaient la vérité. Pour se couvrir, il a même affirmé que CNN avait parlé de l'inondation de la Bourse avant lui.

Par ailleurs, il semble indigné qu’Andrew Kaczynski lui reproche d’avoir propagé des rumeurs mensongères.

Reste que @ComfortablySmug n’a jamais cité ses sources, même lorsque qu’on le lui a demandé. Sur l’une des captures d’écran postées par Buzzfeed, on voit qu’Anthony de Rosa de Reuters lui demande d’où sortent ses informations. Pas de réponse. Buzzfeed affirme lui avoir demandé de répondre à leurs accusations. A nouveau, @ComfortablySmug est resté silencieux. @ComfortablySmug n'a plus rien posté depuis lundi soir. Dans son dernier post, il retweete un trader qui le félicite pour sa couverture de l'ouragan... et bénit Romney.

Daphnée Denis

Daphnée Denis Journaliste

Newsletters

«Que ressent-on pour quelque chose qui a disparu depuis longtemps?»

«Que ressent-on pour quelque chose qui a disparu depuis longtemps?»

«Mon dernier voyage m'a conduit au village reculé de Yar-Sale, dans le nord de la Sibérie, raconte le photographe Oded Wagenstein. Je suis allé à la rencontre d'un groupe de femmes âgées, qui faisaient autrefois partie d'une communauté nomade...

Au Soudan du Sud, une fille vendue aux enchères sur Facebook

Au Soudan du Sud, une fille vendue aux enchères sur Facebook

Le réseau social n'a pas désactivé le post à temps et la jeune fille de moins de 18 ans a été vendue pour être mariée.

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Pas parce qu’ils ont changé d’avis, mais parce que tout le monde en regarde.

Newsletters