Monde

Virgins Wanted: elle vend sa virginité 760.000 dollars

Temps de lecture : 2 min

Catarina Migliorinia / Virgins Wanted via Facebook
Catarina Migliorinia / Virgins Wanted via Facebook

Décidément, tout est à vendre sur Internet. The Guardian relate l’histoire hallucinante de Catarina Migliorini, une Brésilienne de 20 ans qui a mis sa virginité en vente sur Internet. Le site Australien Virgins Wanted a en effet permis à Catarina Migliorini de mettre sa virginité aux enchères.

Quinze personnes ont pris part aux enchères qui se sont déroulées du 7 au 24 octobre. L’heureux gagnant est un Japonais qui a déboursé 760.000 dollars (600.000 euros) pour avoir l’honneur d’ôter sa virginité à la jeune Brésilienne. Ils se retrouveront en Australie (où la prostitution est légale) dans un lieu tenu secret par le site Virgins Wanted. Les protagonistes seront filmés pendant tout leur voyage (sauf durant l’acte sexuel) afin de réaliser un documentaire.

Catarina Migliorini ne voit aucun problème à vendre sa virginité, rapporte l’AFP:

«Je n’ai pas trouvé la bonne personne avec qui le faire, j’étais trop occupée par d’autres choses. (...) C’est plus sain que de le faire ivre à une soirée avec un inconnu. (...) J’ai vu ça comme du business. J’ai l’occasion de voyager, d’être dans un film et de toucher un bonus avec tout ça.»

L’histoire de Catarina fait scandale au Brésil où on l’accuse de se prostituer, ce qu’elle dément, utilisant un argumentaire d’une logique imparable:

«Si vous ne le faites qu’une seule fois dans votre vie, alors vous n’êtes pas une prostituée, tout comme prendre une superbe photo ne fait pas automatiquement de vous une photographe.»

CQFD.

Catarina Migliorini affirme par ailleurs que le réel but de tout cette opération est charitable, rapporte Scallywag & Vagabond. Elle souhaiterait en effet utiliser les fonds récoltés pour financer des projets de développement d’infrastructures dont sa région natale, Santa Catarina, manquerait cruellement.

Mais alors comment le gagnant peut-il être certain de la virginité de sa partenaire, s’interroge The Huffington Post UK? Tout est prévu dans un contrat signé par les deux parties qui encadre toute la transaction afin qu’elle se déroule dans les règles de l’art:

«La vierge subira un examen médical effectué par un gynécologue accrédité et fournira au vainqueur de l’enchère une preuve médicale de virginité. La vierge doit fournir un document émanant du gynécologue qui certifie sa prétendue virginité. Le certificat médical sera une déclaration légale soutenant sa prétendue virginité.»

De nombreuses autres règles régissent la rencontre, explique The Huffington Post UK. Le vainqueur de l’enchère ne peut pas être ivre (quid de la vierge?), ni inviter une troisième personne à rejoindre la partie. Les baisers, la fellation et l’utilisation de sex-toys sont interdits. L’usage d’un préservatif est obligatoire. L’acheteur doit également se plier à un examen médical ainsi qu’à un contrôle de police.

Selon Scallywag & Vagabond, les partenaires doivent convenir ensemble de la durée de leur rapport sexuel, qui doit néanmoins durer au moins une heure! Un «certificat de consommation» sera produit après les ébats, selon The Huffington Post UK.

Tout cela n’est pas si grave pour Catarina, qui tente de dédramatiser l’affaire:

«Cette enchère, c’est juste du business, je suis une romantique dans l’âme et je crois en l’amour.»

Jamal El Hassani Journaliste

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters