Culture

Des applications pour smartphones font la promotion de la cigarette

Pierrick de Morel, mis à jour le 26.10.2012 à 16 h 30

CIGARETTE / Fried Dough via Flickr CC, Licence By

CIGARETTE / Fried Dough via Flickr CC, Licence By

En France, depuis la loi Evin de 1991, il est interdit de faire de la publicité pour des marques de tabac. Aux Etats-Unis aussi, vanter les mérites des cigarettes dans la rue ou dans les stades est interdit, mais ces interdictions restent floues sur la question des applications pour smartphones.

Le Time rapporte ainsi que d’après une étude menée par des chercheurs de l’université de Sidney, de nombreuses applications pour téléphones, vendues dans le monde entier et de plus en plus populaires, même auprès des plus jeunes, constituent de véritables incitations à fumer.

Dans la présentation de leur rapport, publié dans le journal Tobacco Control (accessible uniquement aux abonnés), les scientifiques australiens expliquent leur méthode pour trouver les applications pro-tabac:

«En février 2012, nous avons cherché sur l’App Store et sur l’Android Market des applications pro-fumeurs, utilisant les mots-clés fumée, cigarette, cigare, fumer et tabac. Nous avons exclu les applications qui n’avaient rien à voir avec le tabac, puis nous avons évalué les applications en lien avec le tabac en fonction de nos critères de sélection.»

Résultat: 107 applications pour mobile promeuvent ouvertement la cigarette (65 sur l’App Store et 42 sur Android Market), et ce même quand elles sont présentées comme des programmes censés aider les fumeurs à arrêter le tabac.

Le Time en a ainsi sélectionné cinq, parmi lesquelles Cigarettes, une application qui fournit le taux de goudron, les types de nicotine et les emballages de différents paquets de cigarettes à travers le monde entier. Plus ludique, Puff Puff Pass est un jeu permettant de cliquer sur des personnages de cartoon pour leur faire fumer, au choix, la cigarette, la pipe ou le cigare. Enfin, mentionnons également Cigarette Battery Widget, qui vous propose d’afficher le niveau de votre batterie de téléphone non plus avec une petite pile qui se vide, mais avec une cigarette qui se consume...

Quant à savoir si les producteurs de tabac sont directement à l’origine de ces programmes, les scientifiques australiens pensent que oui. Interviewé par Bloomberg, le chercheur de l’université de Sidney Nasser Dhim explique que l’étude identifie trois ou quatre applications faisant ouvertement de la publicité pour Philip Morris. Il est cependant impossible de déterminer qui se cache réellement derrière ses applis: si la plupart des développeurs publient leurs programmes sous leur nom pour promouvoir leur activité, les pro-fumeurs utilisent des surnoms, et n’ont généralement qu’une ou deux applications sous le même pseudonyme.

Pierrick de Morel
Pierrick de Morel (70 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte