Monde

Le FBI suspecte un policier new-yorkais d'avoir voulu enlever, tuer et manger des femmes

Temps de lecture : 2 min

Anthony Hopkins alias Hannibale le Cannibale dans Le silence des agneaux
Anthony Hopkins alias Hannibale le Cannibale dans Le silence des agneaux

Un petit air du Silence des Agneaux planne sur l'affaire Gilberto Valle, un officier de la police de New York (NYPD) âgé de 28 ans qui prévoyait d'enlever, de violer, de faire cuire et de manger une centaine de femmes avec deux complices.

Sauf que Valle, arrêté le 24 octobre à New York, n’était pas encore passé à l’acte! L’homme se connectait illégalement à la base de données nationale de la police pour trouver des informations sur ses proies. C’est en surveillant ses conversations en ligne sur messagerie instantanée que les enquêteurs ont démasqué le policier, explique le site Gawker.

L’article de Gawker propose également un florilège des passages les plus effrayants des échanges entre les apprentis cannibales. Dans les extraits qui suivent, «CC» est l’abréviation de «co-conspirateur».

«CC-1: Quelle est la taille de ton four?

Valle: assez grand pour faire entrer l’une de ces filles si je plie leurs jambes… Le rapt devra être parfait… Je les connais toutes… Pour [victime numéro 1], je peux simplement me pointer devant chez elle sans prévenir. Je ne l’alerterai pas, et je pourrai taper à sa porte, attendre qu’il fasse nuit et la kidnapper.»

Autre extrait, dans lequel Valle propose de kidnapper la victime en échange d’argent pour un violeur.

«CC-2: assure-toi qu’elle ne meurt pas avant que je l’aie.

Valle: pas d’inquiétude. Elle sera vivante. C’est à une courte distance en voiture de chez toi. Je pense que je préférerais ne pas être impliqué dans le viol. Tu as payé pour elle. Elle est à toi et je ne veux pas être tenté la prochaine fois que je kidnapperai une fille.

CC-2: je comprends. Mais y a-t-il quelque chose que je puisse t’échanger qui pourrait baisser un peu le prix?

Valle: non rien du tout. Comme je l’ai dit c’est très risqué et ça ruinera ma vie si je suis pris. J’ai vraiment besoin de l’argent et je ne peux pas prendre moins de 5.000 dollars pour [la seconde victime].»

Le procureur de la cour fédérale de Manhattan a affirmé que ce n’était qu’une question de temps avant que le policier ne passe à l’acte, précise le New York Daily News. Selon l’avocat de Valle en revanche, «personne n’a été blessé, personne n’a été enlevé». Le suspect serait selon lui «quelqu’un qui vit dans un fantasme sur Internet, un fantasme déviant. Mais la ligne entre le fantasme et la réalité n’a pas été franchie», a-t-il plaidé.

Détail le plus morbide des conversations entre les suspects, le policier voulait cuire sa victime «à feu doux et la garder vivante le plus longtemps possible».

Jean-Laurent Cassely Journaliste

Newsletters

Disco polo: de la salle des fêtes aux grandes chaînes télé, le phénomène qui divise la Pologne

Disco polo: de la salle des fêtes aux grandes chaînes télé, le phénomène qui divise la Pologne

Depuis une dizaine d'années, le disco polo s’impose comme référence de l’industrie musicale polonaise. Au point d'attirer l'attention des politiques et d'exaspérer les milieux intellectuels.

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

Newsletters