Le baiser lesbien de Marseille: le making-of de la photo

Le baiser lesbien photographié le 23 octobre à Marseille par GERARD JULIEN / AFP

Le baiser lesbien photographié le 23 octobre à Marseille par GERARD JULIEN / AFP

Dans la guerre idéologique et médiatique qui oppose les tenants du mariage et de l’adoption pour les couples homosexuels aux défenseurs du mariage hétérosexuel, une première bataille d’image vient d’être remportée par les premiers.

Et c'est paradoxalement la mobilisation du mouvement opposé au mariage pour tous qui a permi à ses adversaires de retourner la situation à leur avantage. L’association Alliance Vita, «qui se dit aconfessionnelle et sans appartenance politique, mais fondée par Christine Boutin en 1993», comme le rappelle Le Monde, a manifesté le 23 octobre dans 75 villes de France pour défendre ses positions anti-mariage pour tous, scandant son slogan:

«Un papa, une maman. On ne ment pas aux enfants.»

Une mobilisation parallèlement menée sur Twitter, détaille Guy Birenbaum dans sa chronique sur Europe 1, avec le mot-clé #UnpapaUnemaman.

Sauf qu’à Marseille, ce petit happening a été interrompu par deux jeunes filles qui se sont embrassées devant les manifestants, une intervention qui a «laissé les manifestants présents désarmés et bouche-bée», écrit Têtu.

L’image de la scène, capturée par le photographe de l’AFP Gérard Julien, a connu un succès fulgurant sur Twitter après avoir été partagée par un journaliste du magazine Têtu. Elle a même traversé l'Atlantique quand un contributeur français l'a postée sur BuzzFeed en la qualifiant de «plus belle image du jour».

Le désormais célèbre baiser lesbien photographié par Gérard Julien / AFP

Les deux étudiantes, Julia (17 ans) et Auriane (19 ans), ont été interviewées par Têtu. Hétérosexuelles toutes les deux, elles affirment au magazine gay qu'elles se sont retrouvées par hasard devant la manifestation, et qu'elles ont décidé spontanément de s'embrasser devant eux. Elles donnent par ailleurs des précisions sur ce qui les a motivées à agir:

«Auriane: Sur le moment on a surtout voulu les faire chier! Même si on n’est pas lesbiennes, une femme avec une femme, on trouve ça complètement banal.
Julia: Personnellement j’avais vraiment envie de les embêter, de les provoquer un peu… Sans pour autant vouloir faire de scandale.
»

Une improvisation qu'on retrouve derrière l'objectif puisque, s'il est photographe professionnel à l'AFP, Gérard Julien n'avait pas prévu de couvrir la manif marseillaise ce jour-là. Mais «finalement, écrit-il dans la rubrique “Making-of” du site de l'agence de presse, comme je n’avais rien de spécial à faire ce matin-là, j’ai décidé d’aller y faire un tour quand même».

«Tout le monde a été pris par surprise, poursuit-il. Les manifestants étaient totalement scotchés! Ils n’ont pas eu le temps de réagir. En partant, les deux filles ont apostrophé les manifestants, mais il n’y avait aucune agressivité de part et d’autre». Gérard Julien a pensé sur le coup que cette scène constituerait sans doute «une simple photo insolite qui allait illustrer un aspect anecdotique des manifs de ce jour-là». Sauf que les réseaux sociaux, en s'emparant de l'affaire, en ont décidé autrement! «Un tel phénomène ne se serait pas produit il y a cinq ans», conclut-il.

Le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe doit être présenté le 31 octobre en Conseil des ministres par la garde des Sceaux Christiane Taubira. Il devrait être examiné par l’Assemblée nationale non plus fin 2012 comme prévu initialement, mais fin janvier 2013, a précisé le président de la commission des lois, le député Jean-Jacques Urvoas.

Mise à jour le 24/10 pour des précisions sur la contribution de Buzzfeed, après l'interview des deux étudiantes par le magazine Têtu et le Making-of de Gérard Julien sur le site de l'AFP.

Partager cet article